Partagez | 
 

 The Killing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 18 Aoû - 17:36

jova a écrit:
Pas encore vu... Je suis occupé à achever de regarder un manga que j'ai démarré. Mais j'arrive au bout, je devrais avoir vu cette dernière saison d'ici la fin du prochain week-end. x)
Je comprends mieux  Wink  (c'est quoi ce manga que tu as démarré?)
Revenir en haut Aller en bas
jova
Sword in the Darkness


Masculin Messages : 3913
Age : 24

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 18 Aoû - 20:52

Hunter x Hunter.

Je te ferai part de mon avis sur cette dernière saison. Par contre je redoute déjà les 5 dernières minutes à cause de toi. Razz
Revenir en haut Aller en bas
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 18 Aoû - 21:06

jova a écrit:
Hunter x Hunter.
ouhh c'est vieux ça... c'est tjs pas fini ?

Citation :
Je te ferai part de mon avis sur cette dernière saison. Par contre je redoute déjà les 5 dernières minutes à cause de toi. Razz
C'est pas que c'est mauvais, c'est juste que c'est pas ce que j'aurai voulu qui se passe...
Revenir en haut Aller en bas
jova
Sword in the Darkness


Masculin Messages : 3913
Age : 24

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 18 Aoû - 21:33

Ouf tu m'en demandes beaucoup. Je crois qu'apparemment il y a eu un remake de l'anime en 2011 mais qu'ils ont été plus loin que l'original (et c'est le remake que je regarde). Bref je suis pas trop au courant de cette histoire, on m'a juste conseillé de le regarder. ^^ Il me semble aussi que le manga a connu de nombreuses longues pauses à cause de son auteur et que c'est le remake qui a fait que ça a repris. Donc ça, c'est que je pense avoir compris après avoir lu un peu sur wikipédia. xD

Et l'anime et le manga vont à nouveau connaître une nouvelle pause très bientôt (il n'y a plus que 5-6 épisodes qui doivent être diffusés je crois, pour le manga j'en sais rien). Bref. ^^
Revenir en haut Aller en bas
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 18 Aoû - 22:37

Ah tu regardes l'anime, je croyais que tu lisais le manga. C'est le genre de saga sans fin à la Naruto/Bleach...
Revenir en haut Aller en bas
jova
Sword in the Darkness


Masculin Messages : 3913
Age : 24

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 25 Aoû - 17:06

Voilà terminé hier soir!

Bonne dernière saison. L'enquête était sans doute la moins intéressante de la série, donc je ne vais pas m'attarder dessus. Juste j'aimais beaucoup le personnage de... (je sais déjà plus le nom xD) ben du fils de la famille, mais il m'a complètement dégoûté sur la fin. Je pensais vraiment qu'il n'était pas le coupable. Et je ne comprends pas que Linden puisse vouloir le protéger à la fin. Au final tous les personnages de cette intrigue m'auront dégoûté. x)

Le plus intéressant, c'était l'évolution de la relation Linden/Holder et l'évolution de la petite enquête de Reddick. La conclusion est logique et bien amenée. Quelques moments de tensions entre Linden et Holder, ils perdent tous les deux pédales. Je suis très content que Holder se soit repris sur la fin. Le moment où Linden pointe son flingue sur lui est juste terrible. Content qu'ils s'en sortent tous les deux à la fin, même si on s'y attendait.

Comme d'hab, content de retrouver d'anciens personnages dont, cette fois, la mère de Kallie et Richmond.

Si l'épisode s'était terminé avec le départ de Linden, la conclusion aurait été parfaite! Une belle fin douce-amère. Les dernières minutes d'épilogue sont sans intérêt et gâchent même une belle relation, je rejoins ton avis. Je ne les avais jamais imaginé ensemble, et cette dernière scène me semble... venue de nulle part. C'était vraiment bizarre, ça cloche par rapport au reste de la série...

Comme toi au final Ahia, j'ai beaucoup aimé cette saison si on oublie l'épilogue...
Revenir en haut Aller en bas
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 25 Aoû - 17:30

jova a écrit:

Bonne dernière saison. L'enquête était sans doute la moins intéressante de la série, donc je ne vais pas m'attarder dessus. Juste j'aimais beaucoup le personnage de... (je sais déjà plus le nom xD) ben du fils de la famille, mais il m'a complètement dégoûté sur la fin. Je pensais vraiment qu'il n'était pas le coupable. Et je ne comprends pas que Linden puisse vouloir le protéger à la fin. Au final tous les personnages de cette intrigue m'auront dégoûté. x)
L'intrigue était simple mais je pense que c'est ce qu'il fallait pour contrebalancer la conclusion du Picasso case et en plus, avec 6 épisodes, il fallait pas un truc trop compliqué xD Les persos étaient en effet détestables et comme toi, j'étais surprise que le gamin soit le tueur, surtout de le voir abattre de sang froid sa petite soeur adorée...  affraid

Citation :
Le moment où Linden pointe son flingue sur lui est juste terrible.
Cette scène... Le regard blessé d'Holder qui se dit 'putain, après tout ce qu'on a traversé ensemble, tu OSES m'accuser et te retourner contre moi?!' c'est joué à la perfection par Joel et Linden qui se rend compte en faisant ce geste que 1-elle déraille et 2-bien sur qu'Holder est innocent et qu'elle est en train de faire une boulette et potentiellement de perdre son BFF. Enos, comme d'hab majestueuse dans la fragilité de Linden...

Citation :
Si l'épisode s'était terminé avec le départ de Linden, la conclusion aurait été parfaite! Une belle fin douce-amère. Les dernières minutes d'épilogue sont sans intérêt et gâchent même une belle relation, je rejoins ton avis. Je ne les avais jamais imaginé ensemble, et cette dernière scène me semble... venue de nulle part. C'était vraiment bizarre, ça cloche par rapport au reste de la série...
On est d'accord. Moi aussi j'aurai coupé avant l'épilogue qui, pour sa part, est vraiment du fanservice gratuit de Sud envers une poignée de fans qui shippaient Linden/Holder. Je le redirai jusqu'à ma mort, je RENIE cette fin qui dessert et démoli cette magnifique relation d'amitié, voir de franternité car Linden était un peu la grande sœur de substitution d'Holder (privé de sa vraie sœur au début...). C'était si rare de voir une relation homme/femme ne pas tomber dans le cliché du couple....cet épilogue gâche tout.

Mais bon, le principal c'est qu'on est une VRAIE fin et que la boucle soit bouclée. Merci Netflix. (d'ailleurs la serie cartonne sur la plateforme...OH SNAP AMC!)
Cette série restera quand même une des mes toutes préférées.
Revenir en haut Aller en bas
jova
Sword in the Darkness


Masculin Messages : 3913
Age : 24

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 25 Aoû - 19:38

Ben oui sa relation avec sa petite sœur, c'est ça qui m'a convaincu qu'il n'était pas coupable... Et c'est là que Linden change d'avis à son sujet.

En plus, j'aimais bien le couple Holder/...(jesaisplussonnom). Mais oui malgré cette dernière scène, je suis très content qu'on ait eu une véritable fin. Si je dois revoir la série un jour, je m'arrêterai juste avant l'épilogue. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Sam 18 Oct - 21:06

Alors, je suis sur les starting-blocks, j'attends juste le retour (tard dans la nuit) de mon homme pour démarrer la série (il veut la voir aussi) Razz Je suis impatiente et pense donc regarder " My Mad Fat Diary " pour ne pas être tentée de commencer sans lui

Je vous tiens au courant de mon ressenti Wink
Revenir en haut Aller en bas
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Sam 18 Oct - 21:32

Fantôme a écrit:
Alors, je suis sur les starting-blocks, j'attends juste le retour (tard dans la nuit) de mon homme pour démarrer la série (il veut la voir aussi) Razz


ENFIIIIIIIIN!! Razz

Citation :
Je vous tiens au courant de mon ressenti Wink
je veux des posts de 6km de long comme tu sais si bien les faire!! Cette série me manque et j'inclue Jova ici, ça nous fera plaisir de revivre tout ça avec toi!
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Dim 19 Oct - 11:15

Promis, je prendrais le temps de venir vous écrire un roman Razz

Là, je suis juste super frustrée parce que mon homme est rentré du travail à plus de 3h et qu'il était tellement lessivé qu'il n'a pas eu la force de regarder un épisode. Du coup, je ne vais découvrir la série que ce soir et je suis juste sur les nerfs tant j'en ai marre d'attendre
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 20 Oct - 0:10

Alors, je viens de voir les deux premiers épisodes avec mon homme et j'avoue que nous sommes sous le choc de l'émotion : les acteurs sont tous très bons et nous embarquent d'autant plus dans leurs affects; l'atmosphère est oppressante et l'affaire renvoie un peu au "Silence des agneaux". Tout est très juste  tant au niveau psychologique que de la réalité du terrain. Holder est complètement dans l'état d'esprit des stups y compris dans la manière de faire, il me touche beaucoup car il est très proche d'un ami à moi qui travaillait aux stups et qui est, à présent, à la crime (c'est d'ailleurs très troublant). Linden est juste magnifique que ce soit dans son instinct, sa sensibilité que dans son (sur)investissement professionnel. Elle me touche aussi beaucoup.

Pour le reste, je reviendrais faire un commentaire plus détaillé sur ces deux premiers épisodes mais il va me falloir un temps pour les intégrer et ainsi pouvoir les analyser avec le recul nécessaire.

Sinon j'ai une question, la saison 1 repose-t-elle uniquement sur cette affaire ? Histoire de savoir si nous devons dévorer tous les épisodes (ce que nous allons faire de toute façon ) pour en connaître la finalité.

Edit : J'ai juste lu ta présentation sur la série (par crainte d'être spoilée si je lisais plus que cette dernière... pour une fois, je ne souhaite pas l'être   ), du coup, j'ai ma réponse Razz
Revenir en haut Aller en bas
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 20 Oct - 7:31

Nan mais Linden et Holder sont deux des persos les mieux travaillés et magnifiques que j'ai pu voir à la TV. Je suis contente que tu accroches sur 'Hoodie et Sweater' :p Quant à l'émotion, c'est là toute le génie de cette série, de montrer qu'un crime c'est aussi les victimes et leurs familles (complètement ou quasi occultés dans les séries policières tradi), ici on voit les répercussions au jour le jour sur eux et tout est fait sans pathos, c'est très juste et tu verras qu'à la fin de cette enquête, tu seras très satisfaite du dénouement, c'est.... pffff. énorme.
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Lun 20 Oct - 22:03

Il est rare, en effet, de voir la souffrance des proches aussi justement retranscrite. Nous ressentons et vivons leurs émotions au même rythme qu'eux et cela sans voyeurisme. Il y a beaucoup de pudeur dans la réalisation.

Allez, je me lance dans le 3ème épisode Razz
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Mer 29 Oct - 0:12

1x01 - Rosie Larsen


Le début renvoie à celui du « Silence des Agneaux » lorsque l’agent Starling court dans la forêt. Là, c’est l’agent Linden et, à la différence du « Silence des agneaux », cela se fait en parallèle avec la détresse de la (future) victime.  Du coup, on est tellement sous pression qu’on ne voit pas venir la blague des collègues de Linden pour fêter son départ. On apprend donc que cette dernière a décidé de suivre Rick – son fiancé – à Sonoma, ce qui ne convient pas forcément à son fils (Jack) de 15 ans. J’aime qu’on nous montre que ce n’est pas si simple, que l’on perçoive que, même si c’est un choix, c’est aussi difficile pour elle. Linden est une introvertie qui ressent plus les choses qu’elle ne peut les exprimer et, en cela, elle me touche.

Alors qu’elle finit de vider son bureau, elle fait la connaissance de son remplaçant, Holder, ancien des stups. Ce dernier apparait gêné d’arriver plus tôt que prévu et ainsi de donner l’impression qu’il la met dehors. Cela démontre un certain respect de l’autre et c’est appréciable. Ça ne l’empêche pas de faire tomber les affaires de Linden et j’aime que sa maladresse ne soit pas que dans les mots mais dans les gestes aussi.

L’affaire Picasso est évoquée pour la première fois et on sent déjà que c’est une affaire qui touche tout particulièrement Linden à sa manière dont elle est sur la défensive lorsqu’Holder en parle.

Alors qu’elle s’apprête à partir, son lieutenant lui demande d’aller à Discovery Park suite à un appel. J’aime qu’Holder tente de mettre en avant qu’il sait aussi analyser les scènes et qu’on le voit ensuite prendre conscience qu’il n’est qu’un « gamin » par rapport à Linden qui apparait terriblement instinctive et douée dans ce domaine : elle sait repèrer des détails que les autres ne perçoivent pas.

Holder et Linden font plus ample connaissance le temps du trajet et je trouve Holder très juste dans ses désillusions concernant les stups qui est un monde à part où les couvertures sont extrêmement éprouvantes et sans réel impact sur la finalité (puisqu’il est rare d’en voir le bout), sans compter que les stups sont souvent mis à l’écart parce qu’ils ont un fonctionnement qui leur est propre. Et, même si toutes les affaires ne sont pas élucidées à la criminelle, Holder a cependant raison de dire qu’il y a, le plus souvent, un méchant alors qu’aux stups, il est rare de trouver celui qui mène la danse, du coup, on court après du vent.

La non réponse de Linden (concernant la raison de son départ) montre qu’elle est hantée : elle n’est pas forcément dans la fuite mais dans le besoin de changer de vie pour tenter d’en (re)trouver une.

La pluie (quasi) incessante met une atmosphère lourde. Arrivés à Discovery Park, ils apprennent qu’il n’y a pas de corps mais un pull souillé de sang, et, on ne peut que s’empêcher de se dire que tout s’est mal fini pour cette jeune fille qui tentait de fuir son agresseur en début d’épisode, qu’elle n’a pas survécu et ça engendre, chez nous, une oppression parce qu’il n’y a pas pire que l’attente, l’incertitude, la perte progressive de l’espoir, bref, ce que les proches de la victime ressentent.

S’il n’y a pas de corps, il y a cependant un nom sur une carte bancaire : Stanley Larsen. Du coup, on entre dans l’intimité de ce couple qui semble heureux, amoureux et nous, ben, on a le bourdon parce qu’on sait déjà que c’est leur fille que nous avons vu courir dans les bois et que leur vie va basculer, qu’il n’y aura pas d’études à payer pour elle, du coup, en plus du stress de l’attente de cette réalité, ben, on a un nœud à l’estomac en pensant à ce qu’ils vont vivre quand le corps sera retrouvé. Dès lors que Linden et Holder viennent interroger Mme Larsen concernant son mari puis sa fille, la tension monte encore d’un cran, on sait que ce n’est qu’une histoire de temps mais que le corps de Rosie va être (malheureusement) retrouvé. On sent le stress de la mère, son incapacité à être attentive à autre chose que son téléphone puisqu’en attente, à présent, d’avoir des nouvelles de sa fille : elle perd patience, rejette ses enfants… et le jeu de l’actrice est tellement juste qu’on vit, avec elle, chacune de ses émotions, et, même si on redoute la finalité, on a envie qu’elle arrive pour que la tension cesse et laisse la place aux larmes.

J’aime que l’on perçoive aussi les problématiques de l’adolescence à travers, entre autre, la copine de Rosie (Sterling) chez laquelle cette dernière devait passer le week-end et on ne peut s’empêcher de se souvenir de nos propres mensonges et les risques qu’on a parfois pris sans le savoir (en ce qui me concerne, je me souviens avoir fait le même type de mensonge à ma mère pour pouvoir, sans qu’elle le sache, partir en randonnée à cheval avec des amis, je ne connaissais pas les chevaux, ces derniers étaient à peine dressés et la randonnée s’est avérée inconsciente et je me dis que, s’il nous était arrivés quelque chose, ma mère n’aurait même pas su dire où j’étais puisqu’elle ne le savait pas).

L’étau se resserre : pas de Rosie à l’école, Sterling qui avoue ne pas l’avoir revue du week-end. Du coup, la mère prend progressivement conscience de la gravité de la situation et se culpabilise lorsque Linden lui demande pourquoi elle n’a pas appelé sa fille du week-end. Question que l’on finit par se poser aussi quand on perçoit qu’à chaque fois qu'elle lui est posée, elle ne répond pas. Après, il est vrai aussi que tous les parents culpabilisent quand il arrive quelque chose à leur enfant et c'est normal parce qu'on se sent responsable d'eux.

L’intervention d’un candidat à la mairie (Richmond) est interrompue par la police qui a besoin d’interroger les élèves par rapport à Rosie puisqu’elle a été vue, pour la dernière fois, à la fête d’Halloween du lycée. A travers lui, on perçoit la politique et son fonctionnement surtout en période de campagne. Etrangement, celui-ci, de par son vécu, semble droit et honnête, ce qui laisse relativement perplexe quand on connaît la politique.

Holder reste dans la provocation qui existe, bien souvent, chez les stups tant avec la mère de Rosie qu’avec un des professeurs, histoire de voir s’ils sont sincères. En ce qui concerne Linden, on voit combien l’affaire la touche d’autant plus que ça la renvoie à son fils, à l’éducation qu’elle lui donne, à ce qu’elle lui fait vivre que ce soit de par son métier que son choix de partir vivre à Sonoma.

Sterling semble en savoir plus qu’elle n’en a dit puisqu’elle va voir Kris, un dealer, pour savoir si cette dernière a passé le week-end avec son ex (Jasper) qui avait la maison sur l’ile en l’absence de ses parents. Jasper apparaît bien abruti en particulier concernant sa relation aux femmes et au sexe.

La mère de Rosie est de plus en plus sous l’emprise de l’angoisse et n’arrive plus à gérer ses deux fils qui ne cessent de lui rappeler l’absence de Rosie dans leur désir de la voir. Heureusement, la tata prend le relai pour lui permettre de ne se concentrer que sur la disparition de Rosie. J’aime que la maladresse des proches soit mise en avant : en se voulant réconfortant, on peut donner de faux espoir. Bref, la tata a beau assurer que Rosie va revenir, nous, on sait que ça pue et ça nous touche d’autant plus de voir cette mère se raccrocher à tous les espoirs possibles. Le père de Rosie, lui, n’est pas encore dans l’angoisse puisqu’il apprend plus tard la situation et qu’il ne reste pas passif, il part à la recherche de sa fille. Du coup, il va prendre les informations auprès de la copine de Rosie et rassure (trop vite) son épouse en lui annonçant que cette dernière a passé son week-end chez Jasper. C’est terrible de voir la mère reprendre espoir pour le perdre aussitôt puisqu’il s’avère qu’elle ne s’y trouve pas non plus. Du coup, le père commence à flipper aussi.

Linden n’est plus dans son départ, elle est tout à son instinct (qui lui dit que le corps n’est pas loin) et finit par noter la proximité d’un lac.

La fin de cette première journée est rude : une voiture est repêchée, le corps de Rosie est dans le coffre. Le père de cette dernière ne sachant pas où la chercher se retrouve au parc et se voit donc vivre, en direct, la découverte du corps. C’est terrible de l’entendre hurler et encore plus de voir son épouse s’effondrer en entendant ses cris au téléphone et les enfants percevoir le drame sans savoir réellement ce qu’il se passe.

Et puis, il y a la reconnaissance du corps et la validation de cette mort, l’interrogatoire pour connaître l’entourage (Jasper & co) et les habitudes (en particulier au niveau de la politique puisque son corps a été retrouvé dans une des voitures de campagne de Richmond) de Rosie. Tout est très juste dans ce qui est montré y compris la difficulté, pour la famille endeuillée, de rentrer chez soi alors même que leur vie se voit être à jamais chamboulée.

On termine avec l'impact de ce meurtre sur les différents personnages : le père de Rosie repense à la dernière fois où il a vu sa fille (et le fait qu’il ne lui a pas dit au revoir car il était en ligne pour une commande), la mère aux ongles cassés de sa fille (et, par là-même, à sa souffrance pour en arriver à les casser), Linden (pour notre plus grand plaisir) se voit, à la demande de son lieutenant, devoir rester (il la connaît, sait comment elle fonctionne et a besoin d’avoir, au vu de l’aspect politique qui entre en jeu, confiance en la personne qui prend l’affaire) et Rick perd patience, Richmond, informé, de la voiture, cherche à savoir ce qui s’est passé (et mène donc sa propre enquête d’autant qu’il apprend qu’il y a une taupe dans son équipe) et Holder aime à croire, comme il l’assure à la famille de la victime, qu’ils vont trouver le meurtrier.

Il y a beaucoup de la sensibilité de « Cold Case » dans cette série, dans la manière de ne pas mettre de côté les proches de la victime, d’évoquer l’impact du drame sur eux. J’aime beaucoup. Et puis, ça met nos neurones en ébullition parce qu’on a envie de savoir qui a tué Rosie. Pour le moment, je pense ne pas avoir encore assez d’éléments en main et je me dis que le meurtrier n’a peut-être même pas encore été montré à l’écran mais je n’aime pas Rick et, même si je ne pense pas qu’il soit le meurtrier, je ne suis pas à l’aise avec son personnage. Après, je me dis que c’est peut-être, là où on attend un homme, une femme qui a tué Rosie, du coup, je me laisse un peu de temps pour réfléchir.


Dernière édition par Fantôme le Mer 29 Oct - 15:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Mer 29 Oct - 10:51

Fantôme a écrit:

Alors qu’elle finit de vider son bureau, elle fait la connaissance de son remplaçant, Holder, ancien des stups. Ce dernier apparait gêné d’arriver plus tôt que prévu et ainsi de donner l’impression qu’il la met dehors. Cela démontre un certain respect de l’autre et c’est appréciable. Ça ne l’empêche pas de faire tomber les affaires de Linden et j’aime que sa maladresse ne soit pas que dans les mots mais dans les gestes aussi.
Dans les bonus du DVD, la créatrice Veena Sud explique que c'est cette scène que Joel Kinnaman a joué pour son audition et dans sa vidéo, il faisait tomber les affaires de Linden. Veena a trouvé ça génial car pour elle, ça résume totalement Holder, il débarque dans la vie de Linden et fout le bordel direct. Du coup, elle a réécrit la scène pour l'inclure dans le pilot Very Happy

Citation :
Pour le moment, je pense ne pas avoir encore assez d’éléments en main et je me dis que le meurtrier n’est peut-être même pas encore été montré à l’écran mais je n’aime pas Rick et, même si je ne pense pas qu’il soit le meurtrier, je ne suis pas à l’aise avec son personnage. Après, je me dis que c’est peut-être, là où on attend un homme, une femme qui a tué Rosie, du coup, je me laisse un peu de temps pour réfléchir.
Tu vas passer par toutes les combinaisons possibles pour au final rester sur les fesses...
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Jeu 30 Oct - 20:40

1x02 - The Cage


En fait, je me suis trompée dans le découpage des épisodes, celui-ci démarre juste après la découverte du corps, du coup, j’ai mis le début dans l’épisode précédent  Razz

Le deuxième jour débute avec les parents de Rosie, non déshabillés, dans leur lit : le père ayant fini par sombrer dans le sommeil, la mère dans l’incapacité à fermer les yeux. Il est douloureux en tant que parent de se dire qu’on continue à vivre alors même que son enfant n’est plus. La tante, elle, continue à ne pas comprendre pourquoi sa sœur ne s’est pas inquiétée plus tôt, comment elle a pu rester sans nouvelles tout un week-end. Elle met aussi en lumière l’abandon des garçons et leurs angoisses en lien avec l’absence de Rosie mais aussi de leurs parents. Et on se dit qu'ils vont devoir leur annoncer la mort de Rosie (pour qu'ils puissent comprendre et vivre au mieux la situation actuelle) et que ça va les obliger à mettre des mots sur une réalité qu’ils ne peuvent accepter. C’est dur mais c’est aux parents de le faire et il est bien que le père mette en avant que c’est à eux, à présent, de prendre le relai.

La mère est toujours sous le choc, cela se perçoit dans sa manière de regarder la chambre de Rosie, il faut dire qu’elle apparaît comme en attente du retour de cette dernière : le lit est encore défait, les chaussures au sol, le cahier de cours sur le bureau… et donne, par là-même, le sentiment que Rosie est encore en vie. Le père, lui, se voit la lourde tâche de reprendre le travail et, si être actif donne le sentiment de reprendre le court de la vie, ce n’est pas aussi simple : le cœur et la tête n’y sont pas, le regard des collègues difficile à porter (d’autant que ces derniers se doivent d’aller au poste pour être interrogés par la police).

Sterling et Jasper sont, eux aussi, interrogés. La première met en avant qu’elle a perdu de vue Rosie au court de la soirée d’Halloween et qu’elle pensait qu’elle avait passé le week-end avec Jasper. On voit qu’il est difficile pour Holder de lâcher prise par rapport à son travail aux stups en particulier concernant sa manière de mener les interrogatoires mais on voit qu’il tient compte de celle de Linden et tente donc d’être plus à l’écoute de l’autre en assurant à Sterling qu’elle n’est pas responsable de la disparition de Rosie. Le deuxième continue à être dans la provocation en mettant en avant le fait qu’il était avec « une vieille » tout le week-end et combien il est facile de séduire des femmes de l’âge de Linden. J’aime que cette dernière ne réponde pas à cette dernière qu’elle reste calme et posée parce que, face à des branleurs, c’est la meilleure attitude à adopter. L’entretien est interrompu par l’arrivée du père qui, au lieu de savoir ce qu’il se passe, accuse Linden d’être dans l’inégalité et exige de récupérer son fils mettant en avant qu’elle ne pourra l’interroger qu’en présence de leur avocat. S’il le protège de la police, il semble cependant bien connaitre la bêtise de son fils puisqu’au départ de Linden, il lui met une gilfe en lui demandant ce qu’il a encore fait, laissant entendre que ce n’est pas la première fois qu’il doit faire appel à son avocat, ce qui valide notre sentiment que c’est un p’tit con qui se fout des lois et des règles.

Alors, que Linden et Holder sont dans leur bureau en train de bosser, on perçoit que ce dernier est à l’aise avec Jack : il est nature, authentique et ça plait à l’adolescent qui semble avoir besoin de ça. Du coup, ils apparaissent complices et prennent plaisir à faire enrager Linden. Ceci dit Holder a raison concernant les chaussures de Rosie : elles sont beaucoup trop chères pour qu’elle ait pu se les acheter et Jasper est le seul à avoir l’argent pour lui offrir, après je ne pense pas qu’il ait la sensibilité pour avoir ce type d’attention. Je trouve bien qu’Holder chagne Linden sur ses exigences en matière d’éducation tout en nourrissant son fils avec le distributeur du commissariat.  Du coup, il va plus loin dans l’intimité de Linden en lui demandant si Jack s’entend bien avec son futur beau-père, mettant en avant son propre vécu. L’air de rien, on en apprend un peu plus sur leur vie privée et j’aime que ça se fasse progressivement. Holder apparaît troublé par Linden que ce soit dans ses compétences professionnelles que dans sa vie privée.  Bref, il s’intéresse à elle, ce qui n’est pas le cas de cette dernière qui reste, pour le moment, dans son idée qu’elle va partir : du coup, au lieu de s’attacher, elle tend à se détacher. Sauf peut-être de l’affaire et on sent que c’est ce qui va faire basculer ses projets.

De son côté, Richmond est prêt à faire un communiqué de presse en lien avec l’affaire, du coup, Linden intervient pour le dissuader de le faire en lui assurant que, s’il parle de l’affaire, elle mettra en avant son obstruction dans une affaire de meurtre, à l’inverse sa coopération : Linden connaît bien le fonctionnement politique et le démontre dans sa manière d’aborder Richmond. Du coup, ce dernier se voit obliger de se taire concernant la mort de Rosie Larsen y compris à Ruth Yitanes qui doit l’aider dans sa campagne à avoir les syndicats avec lui. J’aime aussi qu’elle lui demande de rappeler son chien (= son indic) et, par là-même, qu’elle lui fasse comprendre l’importance que chacun reste à sa place, qu’il les laisse faire leur travail. Du coup, Richmond ne dit rien et démontre, pour le moment, qu’il est un homme droit, on verra par la suite s’il va le rester parce qu’il est clair que ça ne va faire que se corser. Et, il le sait, puisqu’il demande à son indic de faire des recherches sur ses deux plus proches collaborateurs.

En attendant que les flics finissent leur travail chez eux, la famille Larsen décide d’aller faire du cerf-volant. La scène où le père annonce le décès de Rosie à ses fils est terrible parce qu’elle montre combien il est dur de parler de la mort aux enfants parce que, même si ces derniers ressentaient les choses, la validation de cette réalité est douloureuse. Sans compter qu'il est difficile de gérer la souffrance d'un enfant quand on est nous-même dans la souffrance et, par là-même, d’arriver à le réconforter, à être là pour lui. Et, si le père y arrive tant bien que mal, la mère, elle, apparaît incapable de se préoccuper de qui ou de quoi que ce soit, elle est tout à sa douleur, prostrée dans le lit de sa fille, un vêtement à elle contre elle (tel un doudou).

La perruque de Rosie est retrouvée dans une benne, près de l’école mais les élèves semblent n’avoir aucune information à donner tant sur les personnes avec qui elle était, que la voiture dans laquelle elle est partie… Holder se débarrasse alors de Linden (en lui rappelant que ce n’est plus son affaire, qu’elle se doit, à présent, de partir à Sonoma) afin d’agir à sa manière. Il arrive ainsi à attirer deux lycéennes, à les faire parler et à découvrir le lieu où certains élèves se réunissent pour faire « des afters » et, au vu de sa tête, ce qu’il a découvert doit être trash.

De retour à la maison, les enfants Larsen se voient, de nouveau, être mis à l’écart pour ne pas avoir à voir les dommages laissés par les flics, ni à entendre la souffrance de leur tante qui reste focalisée sur le fait que sa sœur n’a pas contacté sa fille du week-end et on ne peut que se dire que ce n’est pas anodin, qu’il y a eu quelque chose entre la mère et sa fille, surtout quand on se souvient que le père, dans le premier épisode, lui reprochait d’envoyer Rosie loin de la famille (pour les études).  

Jack continue à montrer son aversion pour le fiancé de sa mère, Rick, et, on se dit qu’il y a peut-être d’autres raisons que celle de voir un homme lui prendre sa mère comme, par exemple, le sentiment qu’il n’est pas l’homme qu’il faut pour elle ou la peur de s’attacher à lui (parce que conscient que sa mère est incapable de se détacher de son travail).

C’est touchant de voir que le lieutenant est bousculé par ce qui est arrivé à Rosie et, par là-même, qu’on ne s’habitue pas à vivre de telles horreurs. En même temps, il sait qu’en évoquant la souffrance de la victime, il touche la fibre sensible de Linden : son empathie et, par là-même, son désir de résoudre l’affaire. Et, c’est, en effet, ce qui la décide à rejoindre Holder et ainsi à découvrir le lieu que ce dernier a découvert.

Holder et Linden sont terriblement complémentaires, elle est dans l’analyse, il est dans l’impulsivité : tout ce qu’elle ne sait pas faire, il le fait (et inversement).
Revenir en haut Aller en bas
ahia
Queen of Thorns


Féminin Messages : 5549

MessageSujet: Re: The Killing   Sam 1 Nov - 17:58

Fantôme a écrit:

Je trouve bien qu’Holder chagne Linden sur ses exigences en matière d’éducation tout en nourrissant son fils avec le distributeur du commissariat.
C'est un running gag dans la série... xD


celle-ci est d'ailleurs une de mes scènes préférées (entre le petit rire d'Holder et la tête agaçée de Linden...xD) Holder n'en finira pas de rappeler à l'ordre Linden sur l'éducation qu'elle donne à son fils...Attends de voir la scène du 'caca de chat'...xD


Citation :
Holder et Linden sont terriblement complémentaires, elle est dans l’analyse, il est dans l’impulsivité : tout ce qu’elle ne sait pas faire, il le fait (et inversement).
Linden et Holder sont deux vases communicants. Et chacun va soutenir l'autre à tour de rôle. Ils sont Ying et Yang.
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Mer 5 Nov - 23:37

1x03 - El Diablo


Richmond continue à être exemplaire et répond aux journalistes, informés de l’affaire par sa taupe, d’une manière très humaine sans entrer dans le pathos, sans utiliser le drame pour se donner des points et en respectant son deal avec Linden. J’aime qu’il renvoie au fait qu’il faut cesser la politique dans ce type de drame, et, uniquement soutenir la police pour résoudre l’affaire.

De son côté, Linden continue à montrer ses compétences en matière d’analyse des scènes de crime en repérant un trou dans le mur qui laisse à penser que quelqu’un prenait plaisir à venir regarder ce qui se passait dans ce lieu « investi » par certains lycéens. Son lieutenant continue à vouloir qu’elle reste sur l’affaire : il connaît ses compétences et sa capacité à réaliser les choses avec délicatesse alors qu’Holder vient des stups et porte donc la réputation de ces derniers c’est-à-dire d’être incontrôlable. Ce qui ne lui échappe pas. Malgré le refus de Linden de poursuivre, il lui impose de rester jusqu’à la résolution de l’affaire, mettant en avant qu’il a « la mairie au cul » et qu’il faut qu’il soit serein pour s’en occuper, bref, elle se doit de rester, c’est le prix, à l’entendre, de sa liberté.

Richmond, lui, se fait remonter les bretelles par Yitanes qui décide de le lâcher (et avec elle les syndicats dont il avait besoin pour mener à bien sa campagne) parce qu’il n’a pas eu l’honnêteté de lui dire pour le meurtre de Rosie qui, au vu de la connaissance des journalistes, va être exposé au public dès ce soir. Du coup, ça fait mal au cœur pour lui parce qu’il a été droit envers Linden et qu’il n’en est pas récompensé mais, pour le coup, on est complètement dans la réalité.  

Linden et Holder apprennent, par la directrice du lycée, qu’en dehors d’elle, seul le gardien a les clefs de la salle « d’observation ». Du coup, cela leur permet d’avoir une piste sachant que, même s'il ne se révèle pas être le meurtrier, il peut avoir été témoin du crime. Holder en profite pour faire part à Linden que, s’il est compréhensif, il ne trouve pas correct qu’elle soit encore là, qu’elle donne le sentiment d’être « le toutou » du lieutenant et on peut le comprendre. Linden ne se laisse cependant pas démonter et lui renvoie sa maladresse dans sa manière d’interroger, laissant toujours entendre aux personnes qu’elles sont suspectes. Du coup, il lui rappelle qu’il a aussi des compétences puisque c'est lui qui a découvert la pièce du sous-sol. Holder est intelligent dans sa collaboration avec Linden : il sait se positionner sans jamais revendiquer sa place, il est conscient des qualités professionnelles de cette dernière et demande juste à ce que les siennes soient aussi reconnues.  

Linden découvre ce qu’au vu du trou dans le mur, on savait déjà : le gardien aime bien regarder les adolescentes. Se sentant pris au piège ce dernier l’agresse puis, face à l’intervention d’Holder, se jette par la fenêtre. Pendant qu’il est au bloc, Holder apprend que le gardien est connu pour ses attentats à la pudeur sur les adolescents, du coup, on ne peut que se dire que la directrice n’a pas fait correctement son travail : embaucher un homme connu pour de tels faits dans un lycée laisse perplexe ! Je ne dis pas qu’il ne faut pas laisser la chance aux gens mais là c’est comme si on proposait à un ancien éthylique un poste de barman : bref, de quoi, tenter le diable et provoquer la rechute. J’aime qu’Holder soit attentif à Linden, qu’il soit emmerdé pour sa blessure sans pour autant prendre une attitude trop protectrice qui ne collerait pas avec ce qu’elle attend de lui. Ce qui ne l’empêche pas de l’être en étant là quand elle en a besoin. Holder est touché par la sensibilité et la personnalité de Linden et ça se voit depuis le début. J’aime qu’il lui montre qu’il ne l’attend pas pour travailler et lui annonce donc que, de par son alibi (= incarcération suite à une conduite en état d’ivresse), le gardien ne peut être le meurtrier. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas vu le crime en regardant par le trou du mur.

Rick a beau essayer d’être fair-play, compréhensif, on voit qu’il commence à perdre patience en particulier concernant l’organisation du mariage. Linden le ressent et lui assure qu’elle va s’y pencher mais on sait déjà qu’elle ne va pas pouvoir tenir sa promesse et que ça pue pour leur couple. Mais, moi, ça me va car je n’accroche pas du tout avec ce personnage. De son côté, si Regi apparaît attentive au confort de Linden, elle s’interroge aussi sur ce qui la retient sachant qu’elle a suffisamment de caractère pour, si elle voulait vraiment partir, dire merde à son chef. Il est clair que l’affaire la touche mais je pense aussi qu’elle doute concernant son devenir à Sanoma, en particulier concernant le bien–être de son fils. Elle a beau s’auto-persuader que tout va aller pour le mieux, l’appréhension et le doute sont bien présents.

Alors que la mère de Rosie reste prostrée dans la chambre de cette dernière, le père se voit devoir gérer (comme il peut) leurs fils (qui ont perdu tous leurs repères), les tâches quotidiennes mais aussi sa propre souffrance. Lorsque le plus jeune demande comment Rosie est morte, on comprend qu’il est impossible de cacher quoi que ce soit aux enfants, parce qu’ils se posent forcément des questions et qu’on se doit alors d’y répondre au mieux. Là, l’ainé permet au père de ne pas avoir (encore) à le faire mais est-ce finalement un bien sachant que l’affaire va se savoir et qu’elle va inévitablement revenir aux oreilles des enfants et cela d’une manière bien plus violente.

La scène où la mère entend la voix de Rosie sur le message d’annonce du répondeur est terrible mais cela a le mérite de lui faire un électrochoc et de la faire se lever et quitter le lit de cette dernière pour écouter encore et encore sa voix, passant en boucle le message. Certaines personnes endeuillées sont parfois dans l’incapacité de changer le message d’annonce de crainte de tuer définitivement la personne. Il y a toujours quelque chose qui rappelle la personne décédée et c’est ce qui fait que les deuils sont douloureux mais qu’ils vont aussi pouvoir se faire : l’objectif n’étant pas d’oublier la personne mais de ne plus souffrir de son absence. Le père, lui, découvre l’article de journal qui annonce la mort de sa fille et le fait que Richmond est interrogé par la police puisque sa fille a été retrouvée dans une de ses voitures.

Richmond rencontre le maire en poste qui lui laisse entendre que tout n’est pas perdu pour sa candidature mais pas dans l’immédiat : pour les prochaines élections, dans 4 ans. Richmond connaît une autre désillusion en apprenant que c’est la police qui lui a parlé de l’affaire. Il a donc le sentiment d’avoir été bluffé par Linden, qu’elle n’a pas joué le jeu alors qu’il l’a fait et il va le lui dire. Du coup, Linden lui assure que ce n’est pas la police qui a fait la fuite, Richmond a toujours sa taupe à découvrir.

Du côté du lycée, un psychologue a été mis à la disposition des élèves mais Sterling sort de la classe avant que le prof ait pu finir sa phrase, Jasper tente de l’arrêter mais sans résultat et ce n’est pas plus mal car il ne semblait pas forcément dans le désir de la réconforter. En tout cas, la tension est palpable et on ne peut que se dire que Sterling n’a pas tout dit.

Holder et Linden continuent à s’accorder : le premier utilisant ses charmes pour attirer l’attention sur lui pendant que la deuxième va interroger le gardien en soins intensifs. Je trouve très pertinent sa manière de procéder : le fait qu’elle le rassure tout de suite en lui assurant qu’elle n’est pas là pour le juger, qu’elle n’est là que pour l’affaire de Rosie, pour qu’il lui dise ce qu’il a vu dans le sous-sol de l’école le jour de la fête d’Halloween lui permet de ne pas le bloquer et ainsi d’avoir rapidement sa collaboration. Alors que Linden est repérée par une soignante qui lui intime  de partir, le gardien lui montre la photo du gamin que Sterling est allée voir (Kris) et assure qu’il y avait une autre personne qu’il nomme El Diablo.

Richmond essaie de garder la face et met en avant qu’il se doit d’être cohérent et, par là-même, d’aider la police dans l’affaire pour que sa campagne se fasse. Le maire en place ne semble toujours pas avoir le soutien de Yitanes et laisse de côté le drame de Rosie, ce qui peut être un atout pour lui. Je ne suis pas certaine que l’humain puisse remporter sur le fric mais, comme je suis innocente, je veux bien y croire encore. Il prend cependant un coup au moral en apprenant, par son indic, que Jaimie est la taupe et j’avoue que je reste sceptique parce qu’il semble croire tellement en Richmond que je ne le vois pas le trahir. Je le voyais plus être le meurtrier de Rosie parce que je me dis que ce n’est pas anodin que la série traite sur la politique et qu’il a peut-être tué Rosie pour protéger une partie sombre de la vie de Richmond. Bref, je suis surprise de cette annonce. La colère de Jaimie quand Gwen lui dit qu’ils sont au courant donne le sentiment qu’il ait été piégé.

Le vécu de Richmond se ressent dans ses mots en particulier quand il dit à Jaimie de ne pas envoyer de fleurs aux Larsen parce qu’elles meurent et que cela renvoie à une réalité morbide que seules les personnes en deuil connaissent.

De son côté, Holder informe Linden que Kris est un dealer déclaré fugueur par sa mère et qu’il est le meilleur ami de Jasper. Il commence aussi à se lasser d’être mis en retrait, de ne pas être pris en considération par le lieutenant et j’avoue que je le comprends : ce dernier est à la limite de l’incorrection dans sa manière de ne tenir compte que de Linden.

La douleur des parents est toujours aussi palpable et, si la mère tente de reprendre certains actes de la vie quotidienne, on perçoit cependant qu’elle les réalise comme un automate. Linden se voit la lourde tâche de leur annoncer que leur fille est morte par noyade et c’est terrible de voir la mère demander si elle a souffert parce qu’on sait que oui et que, pour atténuer leur souffrance (déjà grande), Linden préfère leur laisser entendre qu’elle était inconsciente, qu’elle ne s’est donc pas sentie mourir. Sauf que la mère, ayant perçu l’état des ongles de sa fille, n’en est pas convaincue. Le père, lui, apparaît plus dans la recherche du coupable, il interroge donc Linden sur Richmond et sur l’enquête en court.

Ce dernier continue sa campagne à travers ses actions antigang et ainsi à paraitre quasi parfait. Ça laisse songeur tant c’est rare en politique. Après, je me dis qu’on va peut-être le voir devenir pourri au fil de sa campagne parce qu’en politique, il est rare de rester aussi pur, on est bien souvent obligé de rentrer dans le système pour y être accepté et y survivre.  

Holder cherche à rencontrer Kris en laissant entendre qu’il a besoin de cristaux, ce qui semble être la drogue que vend ce dernier (mais aussi celle de prédilection de Holder). Il est pénible autant pour lui que pour nous de voir qu’il est utilisé dans le domaine qu’il a quitté parce qu’on se dit qu’il n’est sans doute pas parti pour rien et que ça ne va pas l’aider à passer à autre chose. Du coup, il doit être sacrément frustré. Malgré tout, il reste à l’écoute de Linden (y compris dans ses appréhensions concernant l’éducation qu’elle donne à son fils) et c’est ce qui me touche chez lui. Dommage que Linden lui renvoie que ce n’est pas forcément réconfortant de savoir qu’il a été élevé comme son fils, laissant entendre qu’il n’est pas forcément un exemple de réussite.

Richmond commence à jouer le politicien en laissant entendre à Yitanes qu’elle a besoin de lui concernant le travail de son mari et qu’elle se doit donc de continuer à le soutenir et lui apporter le soutien des syndicats. Il apprend progressivement à faire du chantage, à utiliser le privé pour arriver à ses fins.

Suite à son interrogatoire, Kris vient régler ses comptes avec Jasper, ce qui confirme qu’ils ont un lien et, au vu de leur peur, on peut penser qu’ils ont une part de responsabilité dans l’affaire Rosie Larsen. Cela semble se confirmer quand le professeur tombe sur une vidéo (sur le portable d’un de ses élèves) où l’on voit cette dernière dans le sous-sol avec Kris et Jasper. Il est difficile de dire si c’est un viol puisqu’elle connaît les deux garçons et ne semble pas se débattre mais il est clair, à présent, qu’ils étaient avec elle le vendredi soir.

Au niveau de la famille de Rosie, on perçoit combien il est dur aussi pour les enfants de vivre la perte de cette dernière, cela se voit dans le geste de l’ainé qui met, par automatisme, l’assiette de sa sœur à table. Mais la scène choc est, pour moi, celle où la mère, alors qu’elle prend un bain pour se détendre, décide de mettre sa tête sous l’eau pour voir ce que sa fille a vécu et la voir remonter devant l’angoisse qu’une asphyxie engendre est terrible et on ne peut que pleurer avec elle parce qu’on ne souhaite pas cette souffrance pour qui que ce soit et encore moins notre enfant. Cette scène est d’autant plus marquante qu’elle se réalise en parallèle avec la découverte des images de la vidéo de Rosie, Kris et Jasper. La musique, les images, c’est juste terrible.

J’adore cette musique que l’on retrouve à chaque fin d’épisode parce qu’elle rythme nos battements de cœur aux images que l’on découvre et joue beaucoup sur notre envie de visualiser le prochain.


Dernière édition par Fantôme le Jeu 6 Nov - 0:39, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: The Killing   Mer 5 Nov - 23:44

ahia a écrit:
celle-ci est d'ailleurs une de mes scènes préférées (entre le petit rire d'Holder et la tête agaçée de Linden...xD) Holder n'en finira pas de rappeler à l'ordre Linden sur l'éducation qu'elle donne à son fils...Attends de voir la scène du 'caca de chat'...xD
J'aime beaucoup sa manière de la chagner  Razz (tout en prenant soin d'elle).  

ahia a écrit:
Linden et Holder sont deux vases communicants. Et chacun va soutenir l'autre à tour de rôle. Ils sont Ying et Yang.
+ 10 000

Après, je trouve qu'Holder, même s'il reste fragile, a fait un travail sur lui que Linden n'a pas réalisé et c'est ce qui fait qu'il est plus à l'écoute. Linden est très introvertie et hantée, Holder est plus extraverti et passionné, du coup, il est plus accessible, plus dans la communication. Et c'est ce qui fait le charme de ce binôme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Killing   Aujourd'hui à 18:26

Revenir en haut Aller en bas
 
The Killing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» The Killing (US)
» The Killing - le trailer officiel de 4 minutes de la nouvelle série AMC
» Killing Room
» Icarus - Killing Machine - 2010 - Dolph Lundgren
» Killing is my business.... and business is good

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones :: Au-delà du Mur :: A Song, A Book, A TV Show & A Movie :: Séries-
Sauter vers: