Partagez | 
 

 Episode 04 - The Spoils of War

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Quelle note donneriez-vous à l'épisode?
1
0%
 0% [ 0 ]
2
0%
 0% [ 0 ]
3
0%
 0% [ 0 ]
4
25%
 25% [ 2 ]
5
75%
 75% [ 6 ]
Total des votes : 8
 

AuteurMessage
weirdwolf
Vainqueur de la bataille
avatar

Masculin Messages : 197

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 00:58

floriang2 a écrit:
en on t'il plusieurs ?
Dany devrait y penser sérieusement.
Euron a réussi comme par magie à batir toute une invincible armada en quelques semaines/mois? et en plus y'a pas d'arbres sur les iron islands donc pour le bois va savoir comme y s'y sont pris (trop fort Euron)
bref construire autant de ballistes devrait pas être trop dur
Revenir en haut Aller en bas
nitch
Participe à la Rébellion
avatar

Masculin Messages : 128

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 15:46

Oui comme tu dis la capacité de construction c'est comme la capacité de se téléporter, il faut s'attendre à tout.
Et je pense que sur la totalité des combattants Lannisters il y en aura au moins un (voire peut-être Bronn ou Jaime) qui rapportera à KL le fait que la balliste a pu blesser le dragon, ce qui encouragera la construction, on pourrait en imaginer des rangées complètes lors de la prochaine confrontation.

PS: on peut même penser que la flotte d'Euron en sera équipée!


Dernière édition par nitch le 13/8/2017, 15:47, édité 1 fois (Raison : ps)
Revenir en haut Aller en bas
weirdwolf
Vainqueur de la bataille
avatar

Masculin Messages : 197

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 16:06

ben perso j'espère que les dragons n'ont pas encore terminé leur croissance & qu'ils se seront endurcis (litéralement) avant la prochaine saison

paske bon une grosse arbalète c'est pas très original. il est où le fameux "dragonhorn"?
Revenir en haut Aller en bas
nitch
Participe à la Rébellion
avatar

Masculin Messages : 128

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 16:27

Dans la série, il n'en a pas parlé je crois? A moins que je ne confonde...
Revenir en haut Aller en bas
weirdwolf
Vainqueur de la bataille
avatar

Masculin Messages : 197

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 16:46

non pas dans le show (pas plus que le winterhorn)
Revenir en haut Aller en bas
Timh67
Sauvageon de l'Au-Delà
avatar

Masculin Messages : 12

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 17:05

Vous m'intriguez là ! C'est supposer être quoi ? Des armes ?
Revenir en haut Aller en bas
weirdwolf
Vainqueur de la bataille
avatar

Masculin Messages : 197

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 17:08

oui des armes magiques

le dragonhorn contrôle les dragons (mais celui qui l'utilise meurt (à moins d'être targaryen?))

et le winterhorn peut détruire le mur de glace
Revenir en haut Aller en bas
Timh67
Sauvageon de l'Au-Delà
avatar

Masculin Messages : 12

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 18:09

Ahhh, les cors oui ! Je suis bête, effectivement. Very Happy


Dernière édition par Timh67 le 13/8/2017, 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le roi de la nuit
Entre au service des Seigneurs
avatar

Masculin Messages : 206

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 18:12

oui sauf que dans la série tu oublie  le fameux cor d'hiver , ainsi que le cor de dragon ,  dans les livres ok c'est possible mais pas dans la série .
Revenir en haut Aller en bas
nitch
Participe à la Rébellion
avatar

Masculin Messages : 128

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 20:00

Merci pour les précisions, à force c'est pas évident de s'y retrouver entre les livres et la série Smile
Revenir en haut Aller en bas
Le roi de la nuit
Entre au service des Seigneurs
avatar

Masculin Messages : 206

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   13/8/2017, 20:35

De rien Nitch a vrais dire pour ce qui est des livres je connais juste le résumer de l'histoire d’ailleurs je vient seulement de acheter le tome 1 de chez pygmalion .
Revenir en haut Aller en bas
apeiron
Rencontre les Autres
avatar

Messages : 38

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   14/8/2017, 13:14

Niphoex -> "heu sinon.... quelqu'un m'explique comment Jamie pour diriger son cheval de la main droite????"

Genre tu veux dire comment un petit lac de plaine perd 50m de dénivelé en 2m de plage (et encore, 2m c'est large étant donné que Bronn a juste eu le temps de pousser Jaime dans l'eau) ou comment un Drogon/Daenerys incendient avec application toutes les chariottes except celle de la baliste ??!  ;-)
(sans spoiler l'ouverture splendide de l'épisode 5, armures fibres de carbone et apnée baleine bleue ^^)
Revenir en haut Aller en bas
nitch
Participe à la Rébellion
avatar

Masculin Messages : 128

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   14/8/2017, 13:28

Lol, j'en parle dans mon message sur l'épisode 5 à l'instant, énorme Smile
Revenir en haut Aller en bas
Le roi de la nuit
Entre au service des Seigneurs
avatar

Masculin Messages : 206

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   14/8/2017, 15:55

Jaime attache les rênes a sont bras , d'ailleur ont le vois bien !!
Revenir en haut Aller en bas
Stone
Vainqueur de la bataille
avatar

Masculin Messages : 178
Age : 28

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   17/8/2017, 04:40

Sinon, un truc que j'ai remarqué dans la scene de Arya avec les Gardes (j'ai vite fait survolé les 10 pages precedentes, mais je crois pas avoir vu ce genre de remarques))

Bref, Arya demande aux garde "Quelle Lady Stark est en charge" ?
Elle sait via Hotpie que c'est Jon qui est en Charge (elle semble ne rien savoir sur Sansa)
Elle a donc suposé que cette Lady Stark était la femme de Jon car il se serait marrié et la nouvelle femme de Jon n'aurait eu aucun moyen de la reconnaitre elle Arya Stark (elle a demandé avant Luwin ou Rodrick car eux seuls pouvaient la reconnaitre, j'aurais aimé une reference à Jeyne aussi, on l'a vu en saison 1 je crois)

Vous en pensez quoi de mon idée ?
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal
avatar

Féminin Messages : 2115

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   24/8/2017, 02:54

7x04 - The Spoils of War


J’ai beaucoup aimé cet épisode parce que la plupart de mes personnages préférés sont mis en valeur : Arya, Brienne, Podrick, Bronn, Jaime et, juste pour la peur qu’il a démontré pour son frère, Tyrion. Beaucoup sont attachés aux retrouvailles des Stark, je le suis aussi, mais celles qui, pour le moment, m’ont le plus touchée sont celles entre Tyrion et Jaime, c’est d’autant plus touchant qu’ils sont dans des camps adverses et que seul Tyrion perçoit son frère. J’ai trouvé émouvant la manière dont son attachement pour lui resurgit, au rythme de sa chevauchée et de sa prise de conscience du danger que représente un face à face avec Dogon. Peut-être aussi parce qu’on en est à la troisième scène de retrouvailles entre les Stark et que je fais une overdose. On ne voit plus qu’eux. Du coup, j’ai trouvé celles entre Arya et Brienne bien plus intéressantes et touchantes.

L’argent de Hautjardin est en route pour Port-Réal, Cersei va donc pouvoir payer ses dettes à la Banque de Fer, du coup, Jaime en profite pour payer les siennes à Bronn. Ce que j’aime chez ce dernier, c’est qu’il a beau dire, il s’est attaché à Jaime et c’est ce qui fait qu’il est attentif à son humeur et qu’il s’inquiète de ne pas le savoir aussi heureux qu’il devrait l’être après une telle victoire. Et, comme toujours, il touche juste en lui demandant si la reine des épines l’a piqué là où il ne fallait pas parce que c’est exactement ça : apprendre que c’est elle qui a assassiné Joffrey, ça ne peut que le bousculer parce qu’il avait fini par penser – suite au meurtre de leur père – que c’était Tyrion qui en était aussi l’auteur. J’adore son franc parler et le fait qu’il renvoie à Jaime qu’il n’y a plus de grand Septon pour qu’il puisse se confesser parce que c’est une réalité et c’est ce que Jaime doit comprendre : Cersei a éliminé tout ceux qui pouvaient la mettre à mal. C’est ce que voulait lui faire prendre conscience Olenna. Voyant que Jaime ne pas avoir envie d’en parler, Bronn tente de lui changer les idées en lui rappelant que, s’il vient de lui donner une fortune, il n’a toujours pas son château et que celui de Hautjardin lui conviendrait pleinement. Il est rassurant de voir que Jaime garde la tête froide, qu’il ne jubile pas de sa victoire parce que conscient de la force de Daenerys et de ses dragons et, par là-même, de la possibilité qu’elle récupère Hautjardin dans l’heure. Garder cette réalité en tête ne peut que lui permettre de rester prudent. Et alors qu’il lui assure qu’à la fin de la guerre, il pourra avoir le château qu’il souhaite sans risquer de se le voir disputer, Bronn valide, une fois encore, Olenna - concernant la folie de Cersei - en mettant en avant le fait qu’il doute que le règne de cette dernière soit paisible.

De son côté, Cersei jubile d’avoir réussi un coup de maitre en remboursant la dette considérable des Lannister et de la couronne en un seul versement et encore plus en entendant ce représentant de la Banque de Fer lui assurer qu’elle surpasse son père en matière d’efficacité. Bref, il semble qu’elle démontre ce qu’elle a toujours pensé au fond d’elle : si elle avait le pouvoir, elle serait la meilleure. Après, il est clair que cet homme la flatte parce qu’elle apparait – pour le moment – intéressante pour lui et son institution et Cersei n’est pas dupe. Du coup, elle profite de sa position de force actuelle pour que la Banque de Fer finance sa mégalomanie son projet de reconquérir  le continent. Elle l’informe donc qu’elle a aussi fait appel à la compagnie dorée (Qyburn apparait décidément sur tous les fronts), ce qui finit de le décider à lui assurer le soutien de la Banque de Fer.

Alors, je ne sais pas trop pourquoi Baelish donne la dague qui a été utilisée lors de la tentative de son assassinat à Bran, lui assurant que, s’il avait pu prendre celle qui a tué sa mère en plein cœur pour la sauver, il l’aurait fait, peut-être pour voir, à sa réaction, s’il est au courant de son rôle dans ce dernier ou lui prouver sa bonne foi et sa loyauté envers les Stark (en étant dans le désir de les protéger comme Catelyn l’aurait fait) ou foutre la grouille comme il sait si bien le faire mais, là, j’avoue que je ne sais pas quel peut en être le but. En tout cas, je trouve risquer de sa part de jouer avec les évènements passés avec Bran parce que, s‘il y a bien une personne qui peut connaitre ces derniers, c’est bien lui. Du coup, il a eu tort, selon moi, de lui mentir concernant l'identité du propriétaire de la dague parce que Bran doit forcément le savoir ou, si ce n’est pas le cas, il le saura. Ça démontre, à ce dernier, qu’il est dans la manipulation d’autrui et, comme il le dit très bien lui-même, à l’origine de la guerre des 5 rois. Histoire de savoir s’il doit vraiment serrer les fesses ou pas ou s’il peut lui être utile dans sa quête personnelle du trône, Baelish essaie d’en savoir plus sur ce qui lui est arrivé, sur ce qu’il a vu au-delà du Mur... Sauf que Bran n’est pas Robin Arryn, il ne se manipule pas aussi facilement, il ne se manipule pas du tout d’ailleurs parce qu’il est celui qui sait, il est la Corneille à 3 yeux. Et alors qu’il semble rassuré, Bran lui balance le début de sa phrase sur le chaos qu’il avait énoncé à Varys dans la salle du trône de fer. Et j’avoue que j’ai trouvé cela jouissif de le voir blêmir. Pas de doute, ça pue vraiment le sapin pour lui. Et alors qu’il essaie de reprendre un poil de prestance, Bran lui renvoie qu’il n’est plus lord Stark, qu’il n’a donc pas à lui faire du gringue ou de le percevoir comme un potentiel ennemi à abattre (pour grimper son échelle) puisqu’il ne sera jamais l’héritier de Winterfell.    

Meera doit regretter de ne pas avoir pu bénéficier du fauteuil roulant réalisé par Mestre Wolkan tout au long de leur périple, ce dernier aurait été moins physique pour elle. Je trouve touchant que Bran devance les mots de Meera en évoquant le fait qu’elle soit sur le départ et elle l’est tout autant dans sa réponse, assurant qu’elle aimerait ne pas le laisser mais qu’elle a besoin, elle aussi, de retrouver ses proches maintenant qu’elle le sait en sécurité auprès des siens (même si, en ayant vu l’armée des morts, elle sait que cette dernière est relative). Le regard de Bran est troublant parce qu’on se dit qu’il sait tout plein de choses, y compris la concernant et que ça ne doit pas être simple de ne rien dire, pour ne pas reproduire ce qui s’est passé avec Hodor, il sait qu’il ne doit pas bousculer l’ordre des choses ou tout du moins savoir à quel moment le faire. Du coup, il se doit d’avoir cette distance émotionnelle, sinon ce serait une souffrance psychologique permanente pour lui. S’il est clair que ça ne peut être que douloureux pour ses proches, il apparait cependant essentiel qu’il soit dans cette distance pour ne perdre la raison (en étant envahi de l’histoire de chacun), ni de vue sa mission (en lien avec l'arrivée des White Walkers et de la grande nuit). Ça n’enlève en rien la légitimité de l’émotion de Meera face à cette froideur. Son frère est, en effet, mort pour lui, tout comme Eté, Hodor… elle lui a sauvé la vie en le trainant alors même que l’armée des morts était à leur trousse (après, je pense que le roi de la nuit les a laissés filer pour qu’ils puissent passer le Mur avec la marque). En lui disant qu’il n’est plus Bran, il s’excuse de ne pas être dans l’émotion alors même qu’il le devrait. Il donne le sentiment d’appréhender l’impact de chaque mot, ce qui fait qu’il parle peu et d’une manière hyper superficielle. Il le lui dit d’ailleurs très bien : « je me rappelle de ce que c’était d’être Brandon Stark mais je me rappelle de tant d’autres choses aussi ». Et elle n’a pas tort d’en conclure qu’il est mort dans la grotte parce que, quelque part, c’est le cas.

Après, le retour de Jon, de Bran, voici venu celui d’Arya, c’est pas que je ne suis pas heureuse mais ça fait un peu usine à Stark tous ces retours. Alors, on se demande bien pourquoi les gardes ont reconnu dans l’immédiat Bran, allant jusqu’à courir chercher Sansa pour la prévenir (peut-être le côté infirme mais bon en temps de guerre il doit y en avoir plus d’un donc ils auraient pu tout autant être bluffés) alors qu’ils ne croient absolument pas en l’identité d’Arya. On va dire que c’est pour nous démontrer ses talents suite à son apprentissage chez les Sans-Visage et différencier son retour des autres, histoire de ne pas être totalement dans la répétition. Après, si ces gardes la pensent mortes, on peut comprendre qu’ils se marrent mais ils insistent lourdement alors qu’elle a quand même tout plein d’informations, même si ces dernières sont obsolètes. Cela permet à Arya d’apprendre que c’est Sansa qui est en charge de Winterfell en l’absence de Jon et il aura fallu qu’elle les menace pour qu’ils finissent par accepter d’aller chercher cette dernière pour qu’elle confirme ou infirme son identité. Ils ne sont quand même pas bien fins. Sans compter qu’ils laissent entendre que Sansa n’aime pas être dérangée, limite qu’elle leur fait peur, ce qui est quand même hyper surprenant car cette dernière ne renvoie pas à quelqu’un d’inaccessible ou pas à l’écoute de ses gens. Naturellement, une fois rentrée dans l’enceinte de Winterfell et consciente que, tel un phœnix ressorti de ses cendres, sa maison est bien de nouveau entre les mains de sa famille, Arya n’a pas pu rester en place et s’est donc volatilisée pour profiter des retrouvailles avec son chez soi à sa manière.

Dès lors que les gardes mettent en avant le fait qu’elle ait évoqué Mestre Luwin et ser Rodrik, Sansa comprend que c’est bel et bien Arya qui est de retour. J’ai adoré son p’tit sourire de satisfaction et le fait qu’elle sache où la trouver (parce qu’ayant fait la même chose à son retour à Winterfell) : dans la crypte, auprès de leur père. C’est d’autant plus symbolique pour Arya qui était très attachée à ce dernier. J’aime d’ailleurs l’idée qu’il soit « présent » lors de leurs retrouvailles, après tout, c’est avec elles deux qu’il était parti à Port-Réal et devant leurs yeux qu’il a été tué. Elles ne se sont d’ailleurs plus jamais revues suite à cette exécution, il est donc touchant de les voir se retrouver auprès de sa statue. Je trouve logique que, malgré son plaisir à la revoir, Sansa apparaisse dans la pudeur, elles ont toujours été très différentes et, par là-même, souvent en conflit, il est bien de montrer que ça ne leur est pas simple de se jeter dans les bras l’une de l’autre. Cela ne veut pas dire qu’elles ne s’aiment pas, qu’elles ne sont pas heureuses de se savoir en vie, c’est juste qu’elles ont besoin d’un temps de réappropriation et de reconnaissance. D’autant qu’Arya apparait, dès le début, dans la provocation en ne se retournant pas à l’arrivée de sa sœur et en lui demandant s’il elle se devait de l’appeler lady Stark – sachant toute la connotation péjorative qu’elle met dans cette remarque. Là encore, c’est Sansa la plus touchée à retrouver sa sœur, comme une louve est heureuse de recouvrer ses petits. Baelish a raison, elle a beaucoup de Catelyn. Devant la réserve d’Arya et la poursuite de ses attaques (cette fois concernant la nécessité qu’elle change de gardes – car pas à la hauteur - ), Sansa perd un poil de son plaisir à la voir et cela peut se comprendre. Si Arya reconnait que cela lui va bien d’être lady Stark, elle s’interroge cependant sur ce qui a motivé Jon a lui laisser le nord. Le seul moment où Arya semble émue, c’est lorsque Sansa lui assure que ce dernier sera très heureux de la revoir. Son sourire, à ce moment là, est touchant et valide cette réalité : Jon et Arya ont toujours eu un lien privilégié, une affection toute particulière, ce dernier reconnaissant, tout comme Ned, son droit à être différente en lui offrant Aiguille. Je trouve bien que Sansa fasse remarquer que tous ceux qui ont connu leur père sont morts – ce qui explique que sa statue ne lui ressemble pas – parce qu’il est important de rappeler que le nord a beaucoup souffert, pas que les Stark. Et, Arya a raison de dire que, cependant, elles sont encore en vie. Au fil de l’entretien, percevant l’évolution de l’autre, leur visage s’ouvre et leur sourire s’agrandit et c’est agréable. J’ai aimé qu’elles avouent, toutes les deux, qu’elles auraient aimé être la personne qui a tué Joffrey mais que le sourire de Sansa s’efface quand elle prend conscience qu’Arya est sincère en disant qu’elle était colère d’avoir été devancée. Ce qui n’est pas très compréhensible quand on sait le plaisir qu’elle a eu à tuer Ramsay ou, tout du moins, le laisser se faire bouffer par ses chiennes parce que c’est quand même bien gore. Après, je la comprends, elle avait souffert et était, de par sa trahison envers sa famille, en droit de l’exécuter, là, Arya évoque carrément une liste de personnes à tuer et cela sans sourciller. Percevant son trouble, cette dernière tente de la rassurer en riant avec elle, histoire de faire croire à une grosse blague. Si Bran avait, de par son don, pu évoquer le vécu de Sansa avec elle (la mettant terriblement mal à l’aise), il apparait clair qu'aucune ne se sent la force, ni suffisamment en confiance pour se raconter leur histoire propre. Il leur faudra du temps, le devinant progressivement, à ce qu’elles auront perçu de l’autre (comme, par exemple, la manière de se battre d’Arya). Il est surprenant que ce soit Arya qui soit la plus positive en assurant que leur histoire n’est pas finie, qu’elles peuvent donc vivre des moments plus heureux. De même, si je suis lasse des retrouvailles des Stark, j’ai eu cependant ma p’tite larme quand Arya finit par enlacer Sansa parce que ce type d’effusion n’est pas courant chez elle et que la voir le faire est, par là-même, émouvant. On perçoit d’ailleurs combien ça lui fait du bien de la serrer dans ses bras, combien elle a besoin de ce moment d’affection dont elle a été trop longtemps privée.

Si Arya apparait heureuse et émue de l’annonce de la présence de Bran, elle perçoit, au visage de Sansa, qu’il y a cependant quelque chose qui cloche. Ce dernier est toujours prêt du Barral, sans doute en train de poursuivre son apprentissage que la précédente Corneille à 3 yeux n’a pu terminer. La froideur de Bran est identique à elle-même, normal, mais elle apparait cependant moins pesante car Arya n’est pas dans une attente d’affection (et puis, l’émotion de Sansa en les regardant s’enlacer compense l’absence de cette dernière chez lui). Cela ne l’empêche pas de lui faire la même démonstration de son don, lui demandant, l’air de rien, pourquoi elle avait, finalement, fait demi-tour alors qu’elle se dirigeait vers Port-Réal, mettant en avant le fait que Cersei était pourtant sur sa liste. Il va moins dans les détails mais ça fait le même effet, Arya se voit alors bien déstabilisée et ennuyée de devoir se justifier auprès de Sansa. Là encore, ça démontre que Bran est au courant de tout. Même si c’est par bribes, même s’il faut qu’il aille parfois chercher l’information, il est susceptible de connaitre tous les évènements. Du coup, Sansa relance Arya concernant cette fameuse liste et, si cette dernière lui assure que la plupart sont morts - ce qui est, si je me souviens bien, plutôt vrai - , il est clair qu’elle ne peut être, à présent, que dans le doute.  Ça va être chaud de se mentir à Winterfell    Le fait que Bran donne la dague à Arya n’est pas anodin, non seulement c’est une manière, là encore, de lui dire qu’il est au courant de son apprentissage chez les Sans-Visage sans le dévoiler à Sansa parce qu’il doit penser - à juste titre - que chacun a droit à un minimum d’intimité et de secrets (qu’ils ne peuvent cependant pas avoir avec lui) et parce qu’il sait ce qu’il fait (je pense) en lui transmettant. Au vu de ce choix, ce sera donc elle qui tuera Baelish, avec sa propre arme. Bran est inquiétant dans le pouvoir qui lui a été donné : il peut manipuler en fonction de ce qu’il sait et faire évoluer les choses, c’est hyper puissant au final. J’aime que Sansa s’inquiète de ce geste, répondant rapidement à Arya concernant la présence de Baelish à Winterfell (il s’est rallié aux Stark), pour savoir pourquoi ce dernier a donné sa dague à Bran. Elle n’est pas dupe, elle sait très bien qu’il ne fait rien au hasard. Du coup, il est normal que ça l’interroge. Arya est un peu paumée, ça peut se comprendre : à peine arrivée, elle se retrouve à devoir intégrer un million d’informations à la seconde. Ce qui est certain, c’est qu’elle a le regard et la rapidité d’esprit des Sans-Visage dès lors qu’il est question d’armes, elle repère donc que la dague est en acier valyrien et que ça colle pas forcément avec ce que possède un assassin. Bran en profite pour lancer l’idée que celui qui voulait sa mort devait être riche qui alors même qu’il doit déjà connaitre son identité. Sansa rappelle encore que tout est calculé avec Baelish. Bran et Arya ne pourront pas dire qu’elle ne les a pas prévenus.

Mon p’tit cœur était tout ému en voyant le regard et le sourire de Brienne en apercevant les deux sœurs entourant leur frère. Et, même si elle s’en défend parce que trop humble et consciente qu’elle n’a pas réussi à le faire seule, il est beau et juste d’entendre Podrick lui dire que Catelyn serait fière d’elle, ayant honoré son serment. Après, c’est jamais bon que les personnages n’aient plus de rôle à jouer dans GoT, alors, on va dire qu’elle doit encore revoir Jaime : vu que D&D ne sont pas prêts de le séparer de Cersei, elle devrait donc rester en vie jusqu’à la fin de la série  Razz Je trouve bien que, même si elle n’est pas d’accord avec Podrick, qu’elle trouve qu’il la surestime, elle finisse par ne pas poursuivre sa réplique et le remercier à la place parce qu’elle le sait sincère et que ça la touche. J’aime beaucoup ces deux personnages, je les trouve très purs tous les deux.

Apercevoir Baelish du haut de son perchoir en train d’observer tout ce joli p’tit monde, d’une manière beaucoup moins saine et empathique que Brienne, démontre qu’il n’est pas dupe du danger que représentent, pour lui, toutes ces retrouvailles et ces ententes familiales, du coup, il se dit qu’il va devoir se remettre à  réfléchir s’il veut sortir ses fesses des ronces et son cou de l’épée de Brienne. Bref, il se dit qu’il est temps de foutre le Bronx dans l’amour fraternel pour qu’ils ne perçoivent pas ses plans machiavéliques que lui seul intéressent.

Du côté de Peyredragon, Daenerys réconforte et rassure Missandeï concernant Ver Gris, lui assurant qu’il lui reviendra. Vu qu’il n’est pas mort pendant la bataille, je n’en doute pas et puis, D&D ont dû entendre ma demande en lien avec l’importance de ne pas tuer tous les couples de GoT et j’crois bien qu’ils sont capables de choisir le leur pour m’obéir (avec celui de Cersei/Jaime mais là c’est plus pour me faire ch*er). A l’attitude de Missandeï, Daenerys, en fine psychologue, l’interroge sur ce qui s’est passé entre eux et nous avons donc droit à des confidences de bonnes copines sur le bon coup qu’est Ver Gris parce que, malgré qu’il soit eunuque, ben, il sait en faire des choses. Ça glousse un peu et v’là t’y pas qui arrive alors qu’elles parlent de c*l : Jon Snow ! Je ne parle même pas du regard en coin et du sourire complice qui me renvoie à mes années collège ! (en même temps, dans le livre, ça colle presque au niveau de l’âge). Ce dernier ne lui offre pas un diner mais une balade aux chandelles pour lui faire découvrir la colline à verredragon que possède Peyredragon mais aussi et surtout tenter, une fois de plus, de la convaincre de le suivre pour son combat contre les White Walkers (ce qu’on peut comprendre parce que 3 dragons contre ces derniers ne seraient pas de trop) en lui montrant les dessins des enfants de la forêt représentant la menace des White Walkers (on se serait cru dans la grotte de Lascaux). C’est étonnant qu’il ait fallu un livre pris dans la collection privée de la citadelle pour rappeler à Sam ce qu’il savait déjà (mais que personne ne savait) : l’existence de cette colline mais que, sans aucun cours ou bouquin, Jon sache interpréter les dessins trouvés dans cette dernière. Ça tombe bien ces derniers disent exactement ce qu’il dit depuis le début : la nécessité de s’allier – tout comme l’ont fait les enfants de la forêt et les premiers hommes (malgré leurs divergences) -  contre la menace des White Walkers. Tout colle parfaitement. Du coup, moi, j’serais Daenerys, je me demanderais quand même s’il n’est pas en train de me dire des grosses c*nneries pour m’enfumer et me faire accepter de le suivre (d’ailleurs, c’est peut-être même lui qui les a dessinés !). A ce moment là, comme Jon, on est persuadé qu’elle va lui dire oui, tout a été parfaitement orchestré pour qu’elle le fasse et, ben, non, elle en revient au fait qu’il se doit de ployer le genou s’il veut qu’elle s’allie à lui contre les White Walkers et, lui, ben, autant il a eu la délicatesse de l’appeler « Majesté », autant il n’y pas moyen qu’il ploie le genou, il reste sur l’idée - malgré les yeux doux de la belle et son pouvoir de séduction persuasion - que les nordiens ne suivront pas un roi sudier. Et, pour le coup, je la rejoins sur le fait qu’il faut qu’il cesse de se braquer, il peut avoir suffisamment d’arguments pour expliquer qu’il l’a fait (le premier étant la nécessité de s’allier pour survivre comme il le lui a très bien dit), il y a donc bien un peu de fierté derrière tout ça. En tout cas, s’il n’a pas ployé le genou (après, on n’en est pas certain, ils sortent avant qu’on en ait vu plus), il est clair, qu’à défaut d’alliance, il y a de la romance dans l’air et que, forcément, ça va finir par se rejoindre. Elle ne va pas laisser son flirt dans la panade.

Dès lors qu’on voit Tyrion et Varys les attendre à la sortie de la grotte, on se dit que ça pue la mauvaise nouvelle. Et j’ai adoré que le fait d’avoir pris Castral Roc en soit une parce qu’inattendu. On voit combien Daenerys est décontenancée lorsque Tyrion (puisant le courage de le lui dire dans la présence de Varys) lui expose les faits. Du coup, ce que craignait ce dernier se produit : le dragon se réveille, Daenerys est en colère, elle lui en veut de l’avoir laissée perdre tous ses alliés en restant à Peyredragon. Davos propose, par respect pour Tyrion, de les laisser en parler en privée mais la belle aime à rappeler à tous sont autorité, elle lui somme donc de rester. Tyrion tente bien de lui assurer que son plan d’assiéger Port-Réal reste le bon, elle ne veut plus l’entendre. Après, elle a raison d’être fâchée et de lui rappeler que ce qu’il dit être leurs ennemis, c’est sa famille. Normal aussi qu’elle lui demande s’il a dans l’esprit de l’épargner. A son silence - ce n’est pas les mouches que l’on a entendu voler mais les dragons - , elle décide de prendre les choses en main, d’agir à sa manière et, par là-même, de faire entrer dans la danse ces derniers, en les menant au donjon rouge. Du coup, Tyrion démontre de la crainte pour ses proches - et c’est bien de le montrer car il était logique d’en arriver à cette problématique - et tente de la flatter pour lui faire entendre raison mais elle apparait lasse de ses flatteries parce que ces dernières ne l’ont menée à rien d’autres que des pertes dans son camp. Le fait qu’elle demande à Jon ce qu’il en pense en dit long sur son attirance pour lui, ignorant carrément ses autres conseillers (Varys, Missandeï). Pour une fois, ce dernier démontre un poil d’intelligence (Davos veille quand même d’une oreille pour intervenir au cas où), du coup, ça perturbe et donne la migraine mais, en gros, il lui dit que, si elle crame villes et châteaux, elle n’est pas mieux que les autres, elle ne changera pas les choses, elle ne permettra aucune évolution et ne démontrera pas, par là-même, que tout est possible comme elle l’a fait pour Essos. On ne peut pas dire qu’elle soit pleinement convaincue mais son discours a eu au moins le mérite de la calmer.

Depuis leur rencontre dans la saison 5, je rêve de voir leur conversation se poursuivre et, même si ce sera des retrouvailles plus musclées que verbales, ça me va car leur respect mutuel et la reconnaissance de ce qu’elles sont ont été parfaitement retranscrits dans le jeu des deux actrices. Un vrai plaisir. Arya apparait de mauvaise foi quand elle dit manquer de pratique parce que, même si elle a utilisé d’autres méthodes ces derniers temps, elle a quand même passé tout son apprentissage chez les Sans-Visage à apprendre à se battre, elle enfume donc un peu Brienne dans ses capacités mais on voit que c’est plus par jeu que par vice. Elle lui flatte aussi l’égo en lui rappelant qu’elle a su battre Sandor, histoire de la convaincre de l’entrainer (et lui montrer tout ce qu’elle sait faire). Brienne est aussi gênée que touchée mais c’est son dernier argument qui la décide à répondre à sa demande : elle a juré de servir les filles Stark. Si Brienne lui renvoie qu’Aiguille est trop petite, on sait déjà qu’Arya sait très bien l’utiliser et qu’elle lui permet, de par sa légèreté, de la manier avec beaucoup d’agilité. Brienne, elle, est plus dans la force, l’épée de Jaime colle donc parfaitement à sa manière de combattre. Bref, chacune possède l’arme qui lui convient le mieux. Rapidement, Brienne perçoit les compétences d’Arya et le fait qu’elle ne les a pas acquises dans des cours classiques, c’est ce qui fait qu’elle va la prendre tout de suite au sérieux et la combattre réellement (tout en étant vigilante à ne pas lui faire de mal). Le combat était bien chorégraphié, alliant habilité (Arya) et force (Brienne). J’ai trouvé chouette de percevoir tant l’entrainement des Sans-Visage que celui de Syrio dans la manière de se battre d’Arya. Si cette dernière a le dessus au départ, Brienne a su adapter son combat et reprendre progressivement l’avantage. Il est difficile de savoir qui aurait gagné si le combat avait vraiment eu lieu tant leur manière de tirer est différente mais il est sympa que la fin laisse entendre qu’elles sont ex-æquo. Leur sourire est représentatif du plaisir qu’elles ont eu à se confronter et j’ai beaucoup aimé. Brienne, n’étant pas dupe, demande à Arya qui lui a appris à se battre ainsi et je trouve que cette dernière fait un joli clin d’œil aux Sans-Visage en disant « no one » parce que c’est ce qu’ils n’ont cessé de vouloir lui inculquer (sans jamais y arriver finalement). Si Podrick a été amusé de voir sa maitre d’armes en ch*er et Sansa impressionnée de voir qu’elle tenait tête à Brienne, Baelish, lui, a pris pleinement conscience de ses capacités et du risque que ces dernières représentent pour lui. Son sourire est tellement figé qu’on se demande s’il va pouvoir un jour le quitter.

Davos a raison de renvoyer à Jon qu’il est soit une nouille, soit un faux-c*l quand il lui demande comme il trouve Daenerys, omettant de la nommer, et que ce dernier lui demande de qui il parle. J’ai aimé qu’il se moque de lui lorsqu’il finit par lui répondre qu’elle a bon cœur, lui renvoyant qu’il avait bien vu combien il lui regardait ce dernier. Jon donne le sentiment d’être un puceau effarouché, un gars franchement pas rigolo parce que je ne pense pas que Davos oublie la menace des White Walkers, il n’aurait pas persuadé tout le monde de suivre Jon s’il ne la prenait pas autant au sérieux mais ils ont quand même le droit de se marrer deux secondes. Qu’il se détente un peu, ce n’est pas en faisant la gu*ule en permanence, en se donnant un air sérieux qu’il va faire avancer les choses, je crois que tout le monde a bien compris ce qui le préoccupe, y compris Daenerys. J’ai aimé que ça n’atteigne pas la bonne humeur de Davos qui a poursuivi avec le bon cœur de Missandeï, la reprenant en nommant Jon, King Snow    Cette rencontre permet d’apprendre qu’à Naath, les bâtards n’existent pas parce qu’il n’y a pas de mariage mais aussi et surtout ce que représente Daenerys pour Missandeï : la fin de l’esclavagisme dans le sens où, à présent, elle sert parce qu’elle a choisi de servir et non parce qu’elle y est obligée. Et que, si elle a choisi de servir Daenerys, c’est parce qu’elle croit en elle. Jon va au bout de la réflexion en lui demandant, si elle venait à avoir envie de repartir à Naath, Daenerys l’accepterait-elle. Missandeï assure que oui, qu’elle irait même jusqu’à lui donner un navire pour qu’elle puisse y retourner. Je ne sais pas si la scène est là pour démontrer à Jon que Daenerys a un bon cœur dans tous les sens du terme ou si c’est que Missandeï va déchanter dans ses certitudes concernant Daenerys, reste à voir ou pas parce que je ne suis pas certaine que D&D réfléchissent autant à leurs scènes. En tout cas, j’ai adoré la dernière touche d’humour apportée, une fois encore, par Davos, demandant à Jon s’il l'autorisait à changer de camp, laissant entendre que Missandeï l’a pleinement convaincu concernant Daenerys.

Si j’étais super contente de voir arriver Theon, ce ne fut pas le cas de Jon, forcément, Theon est un gros c*n, Theon a trahi les Stark, Theon est un lâche, bref, pourquoi aimer ce dernier et mettre en avant son évolution et ses qualités humaines. Heureusement, Sansa lui ayant fait part de ce qu’il a fait pour elle, il lui permet de rester en vie (monsieur est trop bon). En tout cas, si ce n’est pas les retrouvailles qu’escomptait Theon, le plus dur est fait, maintenant, il serait temps qu’on le laisse devenir mon héro (et celui de sa sœur). Il confirme d'ailleurs ce désir en expliquant qu’il est venu demander l’aide de Daenerys pour sauver cette dernière. J’aime Davos parce qu’il est attentif, y compris à ceux qui sont perçus comme des branquignols.

Dès lors qu’on apprend que Daenerys est partie et qu’on tombe sur Jaime et ses hommes, on se dit que ça pue du c*l sec pour eux. Or, si ça craint pour eux, il semble que ce ne soit pas le cas pour Cersei puisque Randyll Tarly annonce à Jaime que tout l’or est arrivé à Port-Réal, du coup, même si Jaime meurt, elle pourra continuer à jouer à la guerre en étant sponsorisée par la Banque de Fer, me voilà toute en joie ! Nan, j’ déc*nne, j’suis en train de serrer les fesses comme jamais tant pour Jaime que pour Bronn parce que ce sont deux personnages que j’affectionne et que ça va être chaud (je sais, je sais, c’était facile Very Happy ) pour qu’ils s’en sortent tous les deux. Randyll reste égal à lui-même :  hyper conservateur et vieux jeu, conseillant Jaime de fouetter les trainards pour accélérer l’allure. Je comprends que ça ne convienne pas à ce dernier et je trouve juste qu’il lui renvoie que leurs soldats ont été valeureux à Hautjardin et qu’il faut aussi en tenir compte. Après, il est clair qu'il aurait été bien d’accélérer l’allure mais bien plus tôt parce qu’au moment où il le dit, il s’avère que c’est déjà trop tard. Bronn me parle vraiment, il est tellement insolent ! J’adore qu’il se marre en voyant Jaime se tromper pour la énième fois de prénom lorsqu’il s’adresse à Dickon Tarly. Avec ce qui va suivre, il ne devrait plus l’oublier mais je ne suis pas certaine que ça fasse une belle jambe à ce dernier parce que je ne suis pas certaine qu’il s’en soit sorti vivant. J’ai trouvé que Dickon exprimait bien l’horreur des batailles et le fait qu’il n’y ait rien de glorieux. Il est vrai que, là, c’est d’autant plus parlant qu’il était un des baronnets des Tyrell et qu’il connaissait donc les hommes qu’il a dû tuer. Mais, si c’est moins difficile, il en est quand même de même pour ceux que l’on ne connait pas. Comme le dit Jaime, personne ne mérite de mourir. Le voir attentif et attaché à ses hommes est touchant et c’est ce qui fait aussi que cette bataille est tellement forte en émotion. Alors qu’on apprend que Bronn connait la manière dont les hommes meurent depuis l’âge de 5 ans (ça interroge quand même !), l’oreille bionique de ce dernier les alerte sur le fait qu’il y a du monde qui arrive et, à partir de là, je crois que j’ai été en apnée. Ce fut, pour moi, la bataille la plus palpitante de GoT, peut-être parce que ça touche une Maison que j’aime ou qu’elle apparait terriblement déséquilibrée, démontrant à quel point les dragons (et il y en avait qu’un ! ) ne laissent aucune chance (même face à de bons soldats), je ne sais pas mais elle m’a bousculée. Mon p’tit cœur s’est emballé au rythme de l’arrivée de l’armée de Daenerys.

Autant les dothrakis m’ont frappée dans leur agilité à cheval autant mes yeux, rapidement, n’ont pas quitté Drogon (tout comme Jaime d’ailleurs parce que, s’ils avaient déjà peu de chance de remporter contre la cavalerie des dothrakis – quoi que, ils se battaient plutôt bien contre eux - , il apparait clair qu’ils en ont aucune dès lors que Drogon est apparu). Je ne voyais que lui et les dégâts qu’il infligeait, l’impuissance où il réduisait ces hommes (devenus cendres avant même de pouvoir agir / attaquer). Ce n’était pas un champ de bataille (puisqu’aucun combat réel possible) mais Pompéi. Alors, oui, je voulais voir les dragons en action mais, finalement, j’crois que je suis aussi triste que Jaime en voyant le carnage que ces derniers peuvent faire, ne laissant aucune chance aux hommes de pouvoir se défendre. Jaime réagit pourtant très vite à l’alerte de Bronn - avant même d’en avoir confirmation (très belle réactivité aussi de Randyll qui le suit dans l’immédiat sans même se poser de questions) - , en mettant ses hommes en place. Il ne fait aucune erreur, c’est juste qu’ils n’ont aucune chance et il en prend pleinement conscience en voyant la puissance de Drogon. J’aime sa peur (et celle de ses soldats – je pense pour le coup qu’ils ont ch*é dans leur pantalon bien avant de mourir) parce qu’elle reflète ce que les dragons engendrent pour ceux qui se retrouvent face à eux. Il est une chose de savoir qu’ils existent, il en est une autre de les voir et c’est très bien montré à travers l’émotion que l’on perçoit chez Jaime. Il est dur de le voir être spectateur de ce qu’il avait empêché en tuant le Roi Fou (même si ce sont des soldats et non la population de Port-Réal), la mort de ses hommes par le feu des dragons. On voit combien il est abasourdi de ce qu’il voit, combien ça lui fait mal. Et, c’est, pour cela, qu’il récupère une lance et décide de foncer sur Daenerys, pour stopper l’horreur que ses hommes (ou ce qu’il en reste) sont en train de vivre. Il ne se rue pas aussi stupidement que le pense Tyrion, il sait, en la voyant au sol, que c’est peut-être sa seule chance de pouvoir l’atteindre, la tuer et faire cesser ce massacre sauf que, pour le coup, il n’est pas dans la même situation qu’à l’époque du Roi Fou, il y a Drogon, c’est ce qu’il oublie, c’est ce qui change tout. Sa cavalcade était épique, j’ai chevauché avec lui, même si je savais que c’était stupide, je crois que j’y ai cru autant que lui. Autant Jon avait mis ses hommes en péril en se jetant dans la gu*ule du loup lors de la bataille des bâtards, autant Jaime tente de sauver ses hommes avec cette attaque suicide face à Daenerys et Drogon : le premier a été impulsif et inconscient, le deuxième a été réfléchi et héroïque.

La photographie et la réalisation étaient vraiment belles et, si on a pu être en manque de dragons, on ne l’est plus.

Jaime et Bronn ne m’ont pas déçue, ils ont été à la hauteur de mon affection pour eux. Jaime se battant avec ses soldats contre les dothrakis, restant au cœur du combat (les cours de Bronn ont été efficaces, ils a fait de réels progrès, reste qu’il a moins de force dans certaines prises et je remercie Dickon d’être intervenu pour le sortir de la situation difficile où il était, lui sauvant clairement la vie) et Bronn se transformant en Bard (the Bowman) du Hobbit en se lançant à cœur perdu jusqu’à la baliste pour tirer sur Drogon. Je remercie rarement D&D mais, là, je tiens à le faire parce que j’ai trouvé vraiment chouette de mettre Bronn autant en valeur (sans le tuer qui plus est !). Sa charge contre le dothraki était hyper bien faite, son implication quand il laisse sa bourse (qu’il n’aurait pas emmené au paradis s’il était mort, soit, mais qui comptait vachement pour lui), son sang froid - malgré l’émotion qui le submerge face à sa situation et celle des soldats Lannister - et son tir qui fait mouche m’ont fait transpirer et haleter avec lui, mais, étrangement, je n’ai pas eu peur, je savais qu’il y arriverait. En tout cas, quelle classe !

La charge héroïque de Jaime, sous le regard inquiet de Tyrion, était très forte en émotion. il est bien (et temps !) que ce dernier prenne conscience de ce que représente le fait d’être dans le camp ennemi de sa propre Maison mais aussi de soutenir la mère des dragons parce que, oui, toute guerre est moche mais, là, la puissance des dragons renvoient encore plus la laideur et l’injustice des guerres, c’est comme si on utilisait la bombe atomique, c’est pas vraiment pareil mais symboliquement ça l’est, ça ne laisse aucune chance à l’autre de se défendre ou de survivre. Bref, l’émotion de Tyrion est belle parce qu’elle est juste (Peter Dinklage est très bon acteur, il serait donc temps que D&D remette de la consistance à son personnage). Le fait qu’il ne puisse rien faire pour aider son frère (ou même Bronn auquel il est attaché) et qu’il se sente plus ou moins responsable de ce que ce dernier est en train de vivre (puisque faisant partie du camp de Daenerys) est touchant. Son cœur a battu au même rythme que moi en voyant son frère tenter le tout pour le tout en essayant de tuer celle qui est pourtant devenue SA reine, celle pour laquelle il a accepté d’être la Main. Je pense qu’à ce moment là, il aurait voulu qu’elle meurt plutôt que son frère et, en même temps, on le voit inquiet aussi pour elle (ou pour le dragon   ) quand Bronn réussit son tir.

En tout cas, on sait que Daenerys a une sacrée assise, réussissant à tenir sur Drogon malgré sa chute et quelques loopings, on a aussi la confirmation qu’elle l’aime follement puisque se mettant en danger pour lui retirer sa lance. Aucune émotion la concernant (je ne pouvais pas être en train de cavaler avec Jaime pour la tuer et avoir envie de la voir se retourner contre lui ! ) mais un poil pour Drogon au moment où il est blessé parce qu’il ne fait que ce qu’elle lui demande après tout et puis, on a besoin de lui pour la bataille à venir avec les White Walkers. Je ne sais pas si Qyburn a pensé à empoisonner les lames des flèches de sa baliste, si ce n’est pas le cas (et je pense que ça ne l’est pas), Drogon ne devrait pas avoir très mal et pourra donc reprendre du service après une p’tite convalescence. Sinon, ce serait hyper symbolique par rapport à Drogo qui était mourant suite à l’infection de sa plaie à la poitrine. En tout cas, on voit à quel point ce dernier était fort car peu des dothrakis qu’on voit à l’image ont une natte aussi longue que celle qu’il avait.

Après, il y a, comme toujours des interrogations en lien avec des incohérences : pourquoi Daenerys s’acharne-t-elle sur le stock de nourriture alors qu’elle disait en avoir besoin, pourquoi les dothrakis semblent immunisés contre le feu de Drogon, pourquoi, alors qu’elle est trop importante pour mourir, Daenerys est-elle partie sur un champ de bataille avec sa robe du jour, sans aucune protection… mais elles sont arrivées bien après, quand mon p’tit cœur a repris son rythme normal et que ma tête s’est de nouveau mise en route parce que, tout au long de la bataille, j’étais complètement subjuguée.

Enfin, je remercie Bronn d’avoir été jusqu’au bout de l’héroïsme en sauvant Jaime. Alors, oui, ça craint de se retrouver plongé dans de l’eau avec une armure mais je suis confiante, je pense que ces deux hommes vont survivre (pour le moment). Je me dis même que, maintenant, D&D ont tout en main pour séparer Jaime et Cersei, en le faisant prisonnier de Daenerys avec Bronn, ça permettrait une sacrée rencontre, des explications sur son geste de régicide et un départ avec Jon au nord pour combattre les White Walkers. Reste à voir si je fais bien d’être dans cet espoir.


Dernière édition par Fantôme le 24/8/2017, 20:06, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
EtoDemerZel
Traverse le Mur
avatar

Masculin Messages : 69
Age : 52

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   24/8/2017, 10:16

@Fantôme c'est toujours très agréable de lire tes Review. ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal
avatar

Féminin Messages : 2115

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   24/8/2017, 20:14

EtoDemerZel a écrit:
@Fantôme c'est toujours très agréable de lire tes Review. ;-)
Merci beaucoup I love you Je me suis quand même relue et corrigée parce que, si cette nuit, tout me paraissait clair, ça l'était beaucoup moins ce matin
Revenir en haut Aller en bas
Lindwyn
Anobli pour son courage
avatar

Féminin Messages : 321
Age : 31

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   24/8/2017, 22:33

En tout cas tu devrais écrire des romans Fantôme. J'ai été fascinée par tout ton texte au point où j'ai eu l'impression d'être dans la série... je me suis téléportée au travail ce matin Wink  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme
Grand Questionneur Royal
avatar

Féminin Messages : 2115

MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   24/8/2017, 23:51

Lindwyn a écrit:
En tout cas tu devrais écrire des romans Fantôme. J'ai été fascinée par tout ton texte au point où j'ai eu l'impression d'être dans la série... je me suis téléportée au travail ce matin Wink  Very Happy
Ben, v'là t'y pas que j'suis toute rouge, merci beaucoup pour ce très joli compliment I love you

L'écriture est un vrai métier, il faut du temps pour s'y adonner. J'ai écrit un roman pour ma famille qui s'appelle : "Tous les chemins mènent aux nouilles", uniquement pour elle parce que j'avais promis mais je n'arrive pas à aimer mon écriture, je suis un peu comme l'écrivain de "La peste" de A. Camus qui ne cesse de réécrire sa première phrase, la voulant parfaite mais n'y réussissant pas  

Du coup, je dévore l'écriture des autres (3 livres par semaine), je viens d'ailleurs de voir qu'Héméra, nouvelle membre du forum, a posté le premier chapitre de son roman, je vais aller lire tout ça Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Episode 04 - The Spoils of War   

Revenir en haut Aller en bas
 
Episode 04 - The Spoils of War
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
 Sujets similaires
-
» Episode 129 : Fairy Tail
» Episode 1 - Disparition sur le campus
» Nouvelle episode de lost s06 l'episode bonus
» Episode 10 : L'etoile de mer
» Episode 18 - Voix intérieures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones :: Port-Réal :: Game of Thrones :: Saison 7-
Sauter vers: