Partagez | 
 

 Episode 08 - Hardhome

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Quelle note donneriez-vous à l'épisode?
1
0%
 0% [ 0 ]
2
0%
 0% [ 0 ]
3
0%
 0% [ 0 ]
4
14%
 14% [ 4 ]
5
86%
 86% [ 24 ]
Total des votes : 28
 

AuteurMessage
Beletron
Rencontre les Autres


Masculin Messages : 31
Age : 57

MessageSujet: Re: Episode 08 - Hardhome   Sam 6 Juin - 15:24

Ben pour Ramsay, c'est évident. il va jouer à Stannis le coup qu'il a lui-même joué à Renly, le trucider dans sa tente en s'infiltrant dans le camp.
Il ne va pas bien sur charger 6000 hommes sabre au clair, ou alors il est bon pour l'asile!

Et dommage pour la chef scout des sauvageons, elle avait du chien et bon sang quelle femme!! Il faudrait qu'elle aille donner des cours aux Aspics!
Revenir en haut Aller en bas
Re-Van
Anobli pour son courage


Masculin Messages : 328

MessageSujet: Re: Episode 08 - Hardhome   Dim 7 Juin - 21:56

En fait vu comme les marcheurs explooooosent vites dès qu'ils touchent du valyrien ou de l'obsidienne, il aurait fallut une pauvre flèche avec une pointe en acier Valyrien dans la gueule de... du frère de Dark Maul disons. Et hop !fini les marcheurs et l'armée de zombie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Torigins
Fantôme
Grand Questionneur Royal


Féminin Messages : 1982

MessageSujet: Re: Episode 08 - Hardhome   Mer 17 Juin - 1:24

Je passe en coup de vent, de crainte d’être tentée de vous lire et ainsi me spoiler les deux derniers épisodes. Même si j’en crève d’envie, je préfère ne pas avoir d’informations avant de les découvrir.



Un épisode qui montre combien les complots qui se trament à Westeros (et Essos) sont dérisoires face à l’ampleur de la menace des White Walkers et je trouve cette contraste / réalité passionnante.

Dès le début, il apparait certain que Daenerys ne tuera pas Tyrion d’autant qu’il met tout-de-suite en avant le fait qu’en assassinant son père, il lui a fait un véritable cadeau (en lien avec le rôle qu’il a eu dans l’extinction des Targaryen). Après, je trouve dommage qu’il mette sa mère comme offrande aussi parce que, pour moi, sa mort n’a pas lieu de faire plaisir à Daenerys sachant qu’elle était plutôt pacifiste. Et, si être un tueur de Lannister semble être un argument d’entente entre Daenerys et Tyrion, cela reste, pour moi, ce qui fait que je m’éloigne de ce dernier. Et, comme je ne suis pas forcément fan du personnage de Daenerys, ça ne va pas aller en s’améliorant. Bref, même si elle n’est pas encore prête à se l’avouer, elle perçoit cependant l’intérêt de le prendre à son service pour l’informer sur la situation à Westeros et la conseiller dans les actions à mener. Alors, je ne dis pas que c’est compétemment stupide puisqu'ayant été trahie par des personnes auxquelles elle pensait pouvoir avoir confiance, pourquoi ne pas prendre, à son service, une personne qui apparait comme un potentiel ennemi et s’en faire un allié mais je rejoins Tyrion, il est un peu tôt pour qu’elle sache s’il possède les qualités pour être à son service. Cette saison, D&D ont bien souvent utilisé cette stratégie de validation du ressenti des téléspectateurs pour faire passer, au mieux, les maladresses voire les incohérences scénaristiques. Normalement, ça marche plutôt bien avec moi mais, là, j’avoue commencer à me lasser. Après, il est clair que Tyrion assure toujours autant dans ses discours, celui qu’il offre à Daenerys apparait des plus valorisants tant pour elle (= éloge en lien avec son ascension) que pour lui (= mise en avant de l’importance d’avoir, auprès d'elle, une personne qui connait suffisamment Westeros et ses grandes Maisons pour construire le monde qu’elle souhaite) et ne peut donc que lui plaire. Il met tout en œuvre, y compris dans sa manière de lui faire part de certaines réalités comme « Tuer et diriger ne sont pas toujours la même chose », pour devenir sa Main.

La tension reste importante entre Daenerys et Jorah : même si Tyrion met en avant son dévouement à la servir, ce dernier continue à subir sa rancœur et se voit donc être remis à la porte de Meereen. Mais, ça ne l’arrête pas puisqu'il est bien décidé à y remettre les pieds lors des jeux et ainsi se donner une nouvelle chance de la convaincre de son mérite en brillant dans les arènes. Jorah a conscience que la léprose se propage et qu’il a peu de temps devant lui pour obtenir son pardon. Ben, moi, j’aurais un homme aussi persévérant, je me dirais qu’il mérite bien un brin de mon attention ! Après, il est clair que le discours de Tyrion a fait mouche puisqu'elle épargne sa vie et apparait touchée par ses sentiments envers elle.  

A Port-Réal, même si le cachot ne va pas à son teint, Cersei reste égale à elle-même, elle attend des autres qu’ils répondent à ses demandes mais sa geôlière (qui joue parfaitement son rôle) n’est pas prête à se laisser émouvoir tant par sa détresse de mère que par ses menaces. Cersei est fière, elle pense qu’une Lannister se doit de l’être et c’est terrible de la voir se fragiliser au rythme de son incarcération. Après, je comprends qu’elle ne veuille pas se confesser, elle sait qu’en le faisant, elle met ses enfants en danger. Son cri de rage démontre combien il lui est douloureux de se sentir impuissante et dépendante d’autrui.

De son côté, Arya a bien travaillé, du coup, elle est devenue douée dans l’art de mentir et se voit donc octroyer le droit de réaliser sa première mission sous le nom de code : Lanna. Elle repère sa cible sans trop de problème - puisque dans la moyenne des stéréotypes en matière de personnes qui méritent la mort. De même, elle n’aura pas besoin de beaucoup surveiller ses habitudes pour savoir comment agir : les huîtres étant le lien entre elle et sa cible, le vinaigre apparait le support idéal pour y glisser le poison. Son sourire, en quittant Jaqen, me fait dire que la jeune-fille a raison : Arya n’est pas prête à servir le Dieu Multi-Faces, elle a toujours en tête son objectif propre et ne fait que s’enrichir des techniques qu’elle apprend auprès des Sans-Visage. Bref, comme sa consœur Nikita, je la vois quitter l’organisation quand elle le décidera, ce qui ne me rassure pas pour autant car je ne pense pas qu’on puisse quitter les Sans-Visage comme ça. En tout cas, je suis contente de la voir plus féminine (là encore, ça me renvoie – en moins sexy - à l’évolution de Nikita) et plus apaisée. Et puis, ça fait du bien de revoir la lumière du jour et de découvrir les rues de Braavos.

Cersei connait sa première visite : Qyburn mais, plutôt que lui donner de l’espoir, il l’informe de la lourdeur des charges contre elle et confirme ce que l’on sait depuis longtemps (mais qu’elle refuse d’admettre) : la Foi ne voit pas les choses de la même manière que la Couronne. Si sa rancœur envers le Grand Moineau (en lien avec le fait que c’est elle qui lui a donné le pouvoir et les armes) peut s’entendre, elle devrait cependant prendre conscience que ce dernier ne bougera pas, qu’il restera dans son idée qu’elle se doit de se confesser, elle n’a donc pas d’autre issue que le faire. Elle ne l’a pas encore compris mais ce n’est qu’une question de temps. En tout cas, je suis bien contente d’apprendre que Kevan a été appelé par Pycelle (comme quoi il n’est pas aussi stupide que le croit Cersei) pour être la Main du Roi (nous devrions donc revoir Varys à Port-Réal   ) Ce dernier, suite à son dernier entretien avec elle, ne souhaite pas la voir et fait, par là-même, ce qu’il pense être bon de faire. Et, connaissant Cersei, il doit lui être terrible d’apprendre que non seulement qu’elle n’a plus la maitrise des décisions mais aussi et surtout que son fils apparait de plus en plus vulnérable et, par là-même, manipulable. Elle est en colère et malheureuse parce que dans l’incapacité de pouvoir le protéger et c’est ce qui fait, comme toujours, que Cersei est touchante. Juste avant de partir, Qyburn l’informe que son travail se poursuit, laissant entendre qu’il peut être source d’espoir pour elle, ce qui aiguise ma curiosité.  

A Winterfell, Sansa demande des comptes à Theon pour l’avoir dénoncée auprès de Ramsay. Ce dernier lui renvoie exactement ce dont je parlais dans le 5x07 : Theon n’est plus, il est Reek et ce dernier a tellement subi de sévices de la part de Ramsay qu’il ne peut que lui être loyal parce que dans l’appréhension de subir, de nouveau, sa violence. J’ai aimé qu’il lui fasse comprendre qu’en agissant ainsi, il l’aidait parce qu’il sait ce qu’endure ceux qui tentent de lui échapper. C’est ce qui fait qu’il ne peut (actuellement) pas concevoir une évasion avec Sansa. J’ai aimé la manière dont il lui explique ce qu’il a vécu, ce qui a fait qu’il est devenu Reek et le fait qu’il trouve cela justifié par rapport à ce qu’il a fait à sa famille. Theon est touchant dans son sentiment de culpabilité et sa remise en question, il doit, à présent, se donner les moyens de sortir de son statut de victime pour reprendre la  maitrise de son destin. En le poussant à assumer ses actes, Sansa arrive à lui faire lâcher le fait qu’il n’ait pas tué Rickon et Bran, que ces derniers ont quitté Winterfell en vie et ce n’est pas rien ! Alors qu’elle vit l’enfer avec Ramsay, l’espoir ne cesse de grandir concernant la possibilité de retrouver ses proches : Jon, Rickon, Bran… De quoi accentuer sa motivation à s’en sortir !

Roose met en avant le fait que Winterfell est prêt à subir le siège de Stannis et, au vu de ce qu’il a mis en place, il semble que les chances de ce dernier de remporter la bataille soient de plus en plus minces d’autant que Ramsay se porte volontaire pour aller l’affaiblir encore un peu plus (et ainsi se faire aimer de papa et renforcer son statut d’héritier). Alors j’avoue que je ne suis très douée en matière de stratégie militaire mais, si l’idée peut se tenir, j’avoue que je sens déjà la colère monter en moi en imaginant la réussite de la mission alors même que Stannis est, à la base, un des plus grands stratèges militaires et Ramsay un incompétent en la matière. Après sa défaite à la Néra, Stannis va encore passer pour un mauvais et ça me met déjà les nerfs en boules. Du coup, pour mieux accepter tout ça, je me dis qu’éloigner Ramsay de Winterfell devrait permettre à Theon et Sansa de fuir Winterfell mais je n’en suis absolument pas convaincue !

Tyrion apparait de mauvaise foi lorsqu’il évoque son père, mettant en avant qu’il souhaitait le voir mort parce qu’il en est rien : même si Tywin le détestait (pour avoir tué la femme de sa vie), il ne l’aurait jamais fait exécuter parce que, pour lui, les Lannister ne s’attaquent pas entre eux. Et, il va lui falloir beaucoup de vin s’il veut noyer cette réalité. Tyrion va dans la facilité en se victimisant, ça lui évite de se remettre en question et percevoir ses tords. Daenerys, de son côté, met en avant le fait qu’elle sache que son père portait bien son nom et qu’elle appréhende d’être comme lui en se agissant parfois contre ses valeurs. Tyrion rejoint Hizdahr zo Loraq  en validant le fait que la réouverture des arènes est une bonne idée ainsi qu’épouser ce dernier (sachant qu’il est possible, par la suite, de s’en débarrasser ! ). Je ne sais pas ce qui décide Tyrion à penser que Varys a (peut-être) raison de croire en elle parce qu’elle n’a pas forcément brillé lors de leur entretien mais on va dire qu’il a su percevoir ses valeurs humaines. Il est bien qu’il démontre à Daenerys que ce n’est pas parce que Varys la faisait espionner qu’il était contre elle mais, au contraire, il fait partie des personnes qui l’ont sauvée, qui ont fait en sorte qu’elle ne soit pas tuée dans son berceau. Tout ça pour lui montrer qu’il joue franc jeu avec elle et que sa connaissance des personnages et de l’histoire de Westeros ne peut que l’aider. Bref, même s’il fait celui qui est surpris de sa décision, il a tout fait pour la convaincre de le prendre à son service. Il va donc pouvoir retrouver son statut de Main. Pour le moment, je ne suis pas convaincue par le binôme Tyrion / Daenerys, je trouve que leur personnalité ne colle pas et je crains que Tyrion se fasse ch*er (surtout si elle lui retire son verre de vin    ). Allez, on va dire que Daenerys est la reine qui va lui redonner foi en ses propres idéaux et que leur collaboration va être des plus fructueuses. En tout cas, j’ai aimé qu’il lui renvoie qu’elle devrait peut-être trouver un autre projet que le trône de fer, que sa place se trouve plus à Essos où elle a commencé à régner parce que ça valide mon sentiment. En même temps, si elle n’essaie pas de récupérer son trône, il n’y aura pas les dragons pour la bataille des White Walkers et ce serait la fin de Westeros. Du coup, avant de prendre la décision de rester à Essos, il est préférable qu’elle fasse un tour à Westeros  

Cersei poursuit sa descente en enfer, cette fois, en tentant de soudoyer sa geôlière avec des promesses d’argent et d’ascension sociale alors même qu’il est clair que cette dernière est aussi vouée à la Foi que le Grand Moineau. Du coup, Cersei revient aux menaces en lui assurant une mort atroce. Il est terrible de la voir lécher le sol pour récupérer le peu d’eau que sa geôlière a renversé sur ce dernier parce que ça démontre à quel point elle en est arrivée et qu’il va lui être difficile de tenir plus longtemps.

Olly continue à ne pas comprendre (et, par là-même, à accepter) ce qui motive Jon à proposer une alliance avec les sauvageons. Ça bugge dans sa tête et je ne suis pas certaine que le discours (pourtant très bon) de Samwell sur l’humanité et l’importance de s’allier pour avoir une chance de survivre aux White Walkers l’ait convaincu. Il est d’autant plus dépité par ce choix qu’il vénère Jon.  

En même temps, il n’aura peut-être pas à vivre ce traumatisme puisqu’il apparait clair, en voyant Jon arriver à Durelieu, que ce n’est pas gagné pour lui ! Les sauvageons, tout comme Olly, ne souhaitent pas une alliance entre eux et les frères de la Garde de Nuit. Sauf qu’il y a Tormund avec lui et j’ai trouvé son discours au seigneur des os très convaincant, du coup, le fait que ce dernier ne veuille pas l’entendre ne pouvait qu’engendrer la suite : s’il ne l’avait pas fait taire, leur délégation n’aurait eu qu’à repartir comme elle était venue. Sa détermination a permis de convaincre les anciens de se réunir pour parler de cette alliance possible.

Après avoir donné le sentiment de faire caca dans sa culotte (face au seigneur des os), Jon retrouve un peu de sa prestance lors de son discours aux anciens, mettant en avant le fait que s’ils ne sont pas amis, ils ont cependant les mêmes ennemis et qu’il fallait donc s’allier pour combattre ces derniers. J’ai pensé (un instant) que D&D s’étaient décidés à faire entrer en scène le personnage de Val à travers cette femme au fort tempérament mais, finalement, elle sera Karsi, personnage éphémère puisqu’ils ont décidé de la sacrifier aux White Walkers et c’est bien dommage parce qu’elle me plaisait bien. Mais, bon, je m’emballe, pour le moment, Jon poursuit les négociations en leur assurant des terres de l’autre côté du Mur s’ils acceptent – en tant que peuple libre – de se battre  avec eux. Le hic, c’est la mort de Mance.  Mais, là encore, Tormund assure en mettant en avant le fait que Jon l’a tué pour abréger ses souffrances, allant à l’encontre de la décision de Stannis de le bruler vif. J’ai aimé aussi qu’il renvoie le fait qu’il faille du courage pour faire la paix avec ses ennemis parce que c’est une réalité et qu’il est important de le dire. Après, il y a toujours des suspicieux, des réfractaires au changement mais, en se mettant garant de Jon et en faisant sa pub sur ses compétences, Tormund arrive à en convaincre pas mal. J’ai aimé que Karsi renvoie le fait que leurs ancêtres sont morts et que l’avenir appartient aux vivants parce qu’il est important de continuer à évoluer.

Alors que les sauvageons, décidés à suivre Jon sur le Mur, sont menés vers les bateaux, l’arrivée des White Walkers est annoncée par l’agitation et les aboiements des chiens. C’est terrible parce que c’est une manière subtile de faire monter la pression, de faire prendre conscience du danger que cela représente et de cette réalité inquiétante : ils vont manquer de temps. La scène est bien réalisée, la panique nous prend en même temps que celle des sauvageons. Il est terrible de voir cette porte se fermer (même si elle se doit de l’être pour leur donner une chance de survivre), d’entendre les cris de ceux qui sont restés derrière, les sacrifiés, et puis, le silence qui ne présage rien de bon : le calme avant la tempête. La manière de filmer envourne un peu mais permet d’être dans le tourbillon qu’est cette bataille, on ne sait plus où donner de la tête et il est difficile, par moment, de différencier les morts des vivants. Le fait qu’il y ait des squelettes, même si ça renvoie aux Pirates de Caraïbes, ne me dérange pas parce qu’il apparait évident que l’armée des White Walkers soit constituée de morts connaissant des degrés de putréfaction différents et que, pour les plus anciens, il ne peut que rester les os, la peau ne pouvant rester éternellement. Une de mes craintes était de voir Benjen dans les rangs de ces derniers, ce ne sera pas pour cette fois et j’en suis bien heureuse. Je ne comprends pas trop pourquoi Jon demande à ses hommes de le suivre pour les combattre alors même qu’il est clair qu’ils n’ont aucune chance et qu’ils vont devoir fuir mais ça permet, aux sauvageons, de percevoir sa motivation à se battre auprès d’eux et, aux téléspectateurs (dont je fais partie puisque la scène n’existe pas dans le livre), de prendre pleinement conscience de la menace que représente les White Walkers mais aussi (et enfin) le charisme de Jon qui rejoint Samwell dans le clan des tueurs de White Walkers. Mon homme vient de me faire remarquer – à juste titre – qu’il les appelle à attaquer pour les ralentir et ainsi permettre à un maximum de sauvageons de se réfugier sur les bateaux, bref, il leur donne du temps en retenant l’armée des morts. Il est trop fort mon homme, il faut dire que son personnage préféré (dans le livre, pas dans la série) : c’est Jon.

La scène entre Jon et le White Walker est bonne et l’idée de faire découvrir les capacités de l’acier valyrien  à travers cette dernière plutôt sympa : ça permet de mettre une autre dimension à leur combat puisque c’est au tour du White Walker d’être surpris en percevant que son arme n’a pas l’effet escompté sur celle de Jon et, si Jon apparait aussi déconcerté que lui, ce n’est pas le cas pour les lecteurs et j’avoue que c’est assez jouissif    Sans compter qu’il est réconfortant de voir que les White Walkers peuvent être vulnérables et, par là-même, détruits, parce que leur « immortalité » renvoie la même trouille que j’avais quand je regardais Terminator. Le regard du roi, en percevant la victoire de Jon, apparait, un poil désappointé mais sa réponse (dans la dernière scène) fait bien flipper.

J’ai eu peur pour Wun Wun (d’autant qu’il est le dernier de son espèce - et c’est bien dommage lorsqu’on voit combien les géants peuvent être précieux dans ce type de combat) et Edd-la-Douleur craignant de vivre, une fois encore, la mort de personnages encore en vie dans le livre. Finalement, ce ne seront pas eux mais Karsi. La mort de cette dernière m’a touchée parce qu’elle est due à son incapacité à se battre, à tuer des enfants aussi morts soient-ils. J’avoue avoir été aussi scotchée qu’elle lorsque j’ai vu ces derniers la fixer et terrifiée en les voyant attaquer. Du coup, je me dis qu’elle va sans doute tenir la promesse faite à ses filles de les retrouver sauf que ce ne sera pas en tant que mère mais membre de l’armée des morts et ça me fout la chair de poule !

Jon, Tormund et Edd, en voyant l’ampleur de l’armée des morts, finissent par fuir et j’avoue avoir couru avec eux. Je remercie d’ailleurs Wun Wun d’avoir protégé leurs arrières parce qu’il leur a permis de rejoindre la dernière embarcation. Alors qu’ils pensent être à l’abri, le roi des White Walkers leur fait la démonstration de son pouvoir : dans un silence le plus total, avec uniquement, en fond, la respiration de Jon et le bruit du vent, il lève ses bras et réveille les sauvageons et frères tout juste morts au combat. Et, je comprends le regard de Jon parce que ça pue du c*l sévère et ils sont loin d’être à l’abri y compris sur le Mur !

Le fait que les images soient parfois floues, sombres… nous préparent à ce que va être l’hiver et j’avoue que ça contribue au malaise et la peur que ce dernier engendre. De même, finir l’épisode avec, uniquement, le bruit du vent (que l’on sent glacé) nous permet de bien intégrer cette réalité. Enfin, si beaucoup de sauvageons semblent s’être réfugiés dans les bateaux, l’armée des White Walkers récupère cependant de bons guerriers - à l’image de Karsi - et j’me dis que, s’ils ne sont pas aussi nombreux (qu’ils auraient pu l’être si Jon n’était pas intervenu), l’armée se retrouve cependant renforcée par de sacrés éléments.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Episode 08 - Hardhome   Aujourd'hui à 17:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Episode 08 - Hardhome
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Episode 129 : Fairy Tail
» Episode 1 - Disparition sur le campus
» Nouvelle episode de lost s06 l'episode bonus
» Episode 10 : L'etoile de mer
» Episode 18 - Voix intérieures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones :: Castral Roc :: Episodes :: Saison 5-
Sauter vers: